Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Il y a toujours plus petit que soi [quête solo]

 
♦ Rose ou chou ? : Choucroute! J’aime pas La choucroute...
♦ Combien de rides ? : 18
♠ Petits messages : 120

Feuille de personnage
Niveau:
4/30  (4/30)
Expériences :
66/1000  (66/1000)
Votre domaine: L'Imagination
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Il y a toujours plus petit que soi [quête solo] - Lun 15 Jan 2018 - 10:08

Il y a toujours plus petit et c'est moi (Partie 1)



Lors d’une après-midi, ne sachant pas trop quoi faire avec la vie d’étudiant, commencer avec les vacances dès le début, j’étais un peu plus que perdu. Personne pour m’aider, des élèves qui restaient entre eux… Moi j’avais bien rencontré quelques personnes, mais aujourd’hui je me sentais d’humeur à faire des recherches ! Et écouter plus longtemps Naldo mon tableau parlant m’a fatigué. D’où est-ce qu’il sort ses d’histoires aussi farfelue les uns que les autres… Aujourd’hui j’étais donc parti à la bibliothèque que j’avais aperçu en mangeant un casse-croûte. L’endroit était gigantesque ! J’aurais voulu dire qu’il était tout aussi inhabité mais il y avait quelques personnes à la recherche de quoi que ce soit, vagabondant entre les étagères géantes.

- Ah Ha ! Comme l’avait dit Valafar, je l’ai trouvé (la bibliothèque)


J’avais un vague sentiment froid quand je voyais ces « rats de bibliothèques » et je n’osais pas leurs demander ne serait-ce que la moindre info. C’est assez bête dans un sens, mais dans mon égoïsme du jour, je m’abstenais de toute communication. Cependant, dans cette stupidité. Je parcouru un peu loin vers une zone beaucoup plus inhabitée. Mon premier but en venant ici (dans la bibliothèque) était tout d’abord de trouver des informations utiles, mais cette raison m’ait bien vite passé par-dessus la tête et maintenant je cherchais quelque chose d’intéressant à lire, quelque chose de magique et incroyable ! C’est là que fut mon erreur. En face de moi, un livre qui dégageait à sa façon une atmosphère spéciale. Elle me donnait envie de le lire, mais dans ma tête je pensais surtout à sa couverture de cuir violette et agréable au touché. Je l’attrapais d’une main et dès la première page ouverte. Des dessins… Ou des mots avec une signification dont je ne connaissais pas le sens. Ça sentait l’épique à plein nez ! Sur le côté, une table vide avec un crayon sur sa surface qui devait surement être abandonné mais depuis je ne sais pas combien de temps.

Sans perdre plus de temps je m’asseyais sur le banc qui semblait neuf malgré les étagères poussiéreuses d’où provenait le bouquin dont j’entamais la lecture.

Même si je ne comprenais pas ces dessins étranges qui je pense devait être des mots, je tournais de nouveau la page à la recherche d’image pour combler ce manque de compréhension. Puis là, des charactères lisibles que je lu à haute voix. « Cum Legus Huius Libri Sententia Abhorrere » D’un coup un flash lumineux jaillit du livre, m’éblouissant de plein fouet. Je ne comprenais pas ce qui se passait, mais un choc se fit sentir dans ma tête et je tombais à même le sol. J’avais perdu connaissance.

J’ouvrais un œil pour apercevoir les rayons de lumière de la salle. Puis l’autre (œil) suivit. Ce fut surprenant, je ne m’attendais pas à me retrouver à terre, mais au moins je pus éviter la douleur du choc lors de ma chute.

Me remettant sur mes deux jambes j’examinais d’un coup d’œil autour de moi. Le livre avait disparu ! * Où pouvait-il bien être ? * Cette phrase me trottait dans la tête et la peur de l’avoir perdu ou d’avoir détruit le livre lors de ce flash lumineux ne me rendait que plus nerveux.

Plongé dans mes pensées et en marchant dans une direction quelconque, je manquais de tomber. Je vis le sol qui semblait être à plusieurs kilomètres de moi ! Ah moins que ce ne soit qu’une exagération de ma part… Mais en tout cas il était très éloigné.

* Comment suis-je arrivé là ? *
Me demandais-je, et en regardant de droite à gauche pour vérifier, je pu confirmer que je n’avais pas changé de lieu. Cependant un petit battement dans mon cœur se fit entendre et une sensation de vide remplissait d’un coup tout mon corps, j’en manquais de retomber au sol. Ce que je vis était la bibliothèque, mais j’en vînt à me rendre compte que la taille des livres était gigantesque ! J’en avait le souffle coupé… Par prudence je m’éloignais vite fait du gouffre qui s’étendait autour de moi. Bien vite j’en conclue que j’avais rétrécie et que là où je me trouve est une table et que par ma taille je ne risquais pas de faire grand-chose, mais mes risques de me blesser étaient élevés.

Un soupir s’échappait de ma bouche. Moi qui voulait de l’aventure, me voilà servit. Un léger désespoir s’empara de moi, m’empêchant de penser pendant plusieurs instants. Après un moment assis, rien ne s’était passé. Le peu de personne que j’avais aperçu dans la bibliothèque ne semblait pas passer dans cette section. Encore une fois je me sentais seul et abandonné face à une situation très décourageante. Mais le temps qui avait passé me fît comprendre que ne rien faire n’allait pas faire avancer les choses. D’un bond je me levais. Je regardais encore une fois autour de moi et je vis en premier le livre violet que je croyais perdu. Il était surement la cause de mon rétrécissement.

Sans perdre plus de temps j’accourus. Par chance le livre était resté ouvert, rien que la taille suffisait pour m’intimider et la pensée que je doive essayer de l’ouvrir était impossible, pas avec le si peu de force que mes bras possèdent…

Les charactères qui pouvaient être comparés à des dessins étaient très grands, quasiment à ma taille actuelle. Je devais vraiment être petit (10-15 cm). C’est là qu’une phrase parfaitement compréhensible m’apparut. Je venais tout juste de l’apercevoir, elle me paraissait de taille normale, mais avec ma taille originale je ne pense pas que j’aurais pu le voir.

- * Quelle idée stupide de mettre des phrases à cette taille-là *


Voici ce qui était écrit : "La phrase de la page suivante veut dire : « Ce livre va vous rétrécir lorsque vous aurez lu cette phrase »"

Face à une telle idiotie, je ne pus m’empêcher que d’afficher une grimace. J’avais l’impression que l’auteur de ce livre faisait une grosse blague à tous ceux qui le lisaient. Une coulée de colère noir chocolat venait glisser le long des énormes glaces vanilles de tristesse. Cependant, le simple fait de penser que je n’étais surement pas le premier à s’être fait avoir a suffi à allumer la flamme de l’espoir en moi. C’est avec le sourire que j’essayais quelque truc. Au fond de moi qui était un grand rêveur, j’avais toujours voulu avoir une quelconque magie et essayais toujours de faire des choses inutiles comme me concentrer de toute mes forces dans mes mains ou essayer de faire brûler des choses par la pensée. Bon je savais bien que c’était inutile, mais ce n’est toujours rien de perdu que d’essayer !


Et là, pour la première de ma vie, quelque s’illuminait très profondément en moi. Quelque chose qui m’emplissait d’un sentiment indescriptible. L’accomplissement d’un rêve, celui que j’essayais de réussir en étant bercé d’illusion, celui dont j’avais toujours su que ce n’était que fantaisie que de pouvoir faire quelque chose que l’on ne voit que dans les mangas. Un rêve d’enfant, celui de pouvoir faire de la magie !

Bien sûr c’était très faible, mais je ne pouvais qu’être émerveillé que par ce que je faisais. Avec un peu d’imagination des étincelles pouvaient sortir de mes yeux. Façon d’parler bien sûr.

J’essayais de faire apparaitre quelque chose et cela fonctionnait plus ou moins bien. Je visualisais un objet et je sentais une sensation de chaleurs dans mes mains. Cependant rien de très concret ne se produisait. Mais je ne perdais pas espoirs, maintenant que je savais que je n’étais pas le bon un rien de service ou que toute cette folie avait un sens. Je me sentais comme libéré d’un fardeau, savoir que tout ce que je faisais en vain n’allait plus être si inutile que ça.

Au bout de 10 minutes, je m’arrêtais. Utiliser mon nouvel atout m’épuisait beaucoup plus que ce que j’avais imaginé. Mon front en était humide et cela éleva une crainte en moi. Penser qu’utiliser ces fameuses capacités sois aussi fatigantes… Mais maintenant j’avais en main deux couteaux ! La base de toute survie. Mais J’abandonnais quand même l’idée de faire quelque chose d’incroyable dans un moment aussi urgent. De plus la fatigue, me faisait me sentir que plus anxieux.

Je soupirais de nouveau, de penser que je n’arriverais à rien et avec personne aux alentours, comment ne pas laisser la dépression m’envahir ? En plus la hauteur entre moi et le sol me donnait le vertige quand j’y pensais trop… Pas le choix, quand faut y aller faut y aller ! Je me rapprochais du bord plus précisément dans un recoin de la table. Par chance les pieds étaient collés vers l’extérieurs et je débutais en m’agrippant au pied de la table. D’abord les jambes et je gardais les mains sur le dessus de la table, je n’avais pas encore commencé ma descente. Un peu d’exercice ne m’aurait pas fait trop de mal, mais franchement je regrettais mes années à ne pas faire de sport correctement. Puis avec mon couteau je le plantais dans la table ! Sauf que contrairement à l’effet attendu, le couteau n’avait fait que rebondir avant de voler en éclat et en plus j’avais perdu mon équilibre et je cru sentir la sensation de tomber et lorsque je voulais utiliser mon deuxième couteau, à cause du choc je venais de remarquer que je ne l’avais plus en main. Il était tombé tout en bas. Mon visage se crispa et limite je pouvais faire le Poker Face comme sur internet.

Ce couteau était censé m’aidé pour la descente ! Mais à la place m’avait fait perdre l’équilibre et avait failli me faire tomber… Heureusement qu’avec une de mes mains je pu me rattraper avant la chutes comme dans le pire de mes rêves. Cependant je ne pouvais pas remonter. Et oui j’étais trop bas et pas assez musclé pour pouvoir me remonter. Et c’est dans cette position plutôt désastreuse que je restais agrippé au pied de la table la larme à l’œil. J’allais de nouveau mourir par cause naturel ? Bien qu’une chute ne soit pas vraiment naturelle.

Un gros coup d’adrénaline parcouru mon corps, ce n’était pas ma tasse de thé de faire ça. Mes jambes m’envoyaient pleins de signaux électriques à mon cerveau et moi je n’en serrais que plus les dents. Mais je ne pouvais pas tenir plus longtemps Cependant j’étais heureux de sentir l’adhérence du pied de la table que je vérifiais avec une main. J’étais légèrement rassuré bien que mon cœur battait à 100 à l’heure. Et donc c’était parti. Je commençais à glisser en utilisant mes bras pour ralentir ma chute. Arriver en bas c’était ma victoire, je levais les bras et pris la pose. Et non je n’avais pas mouillé mon pantalon mais je n’en n’étais pas loin.

Autour de moi l’endroit était encore moins accueillant, la poussière qui était accumulé dans les recoins des étagères était très épaisse. Bizarre que dans une bibliothèque aussi prestigieuse il y a des endroits aussi isolés que ça. C’est là que je me suis souvenu d’une rumeur selon laquelle cette académie était béni mais aussi maudit dans un certain sens et que ce genre de zone était une zone à ennuie. Si c’était le cas ça expliquerait beaucoup de chose, mais pour éviter de voir un monstre spawn, j’arrêtais tout de suite d’y penser.


Cependant la pire des craintes venait de se réaliser. Là devant moi, se tenait un être de la même taille que moi avec huit énormes pattes poilues et noirs… Une araignée ! Déjà que pour moi lorsqu’elle faisait la taille d’une main était TRES dégoutant en plus d’être repoussant, maintenant j’avais une gigantesque en face de moi ! La peur et le dégout m’avaient envahi. Je n’étais pas préparé pour ce genre de chose, moi qui avait lu des mangas à propos de ça, j’avais vivement espéré ne jamais faire face à cela SEUL.

- Ça n’en fini donc jamais !



Dans ma tête, j’eu l’envie de vomir, mais je n’avais pas du tout la sensation de remonté à laquelle j’aurais pu m’attendre, c’était juste un étrange vertige, je supposais que c’était simplement l’énorme dégoût par la vue de la créature arachnide qui a provoqué mon malaise.

Par chance pour moi elle ne bougeait pas et tout ce que je voyais était son magnifique derrière, ne m’avait-elle pas remarqué ? Je jetais un rapide coup d’œil où était tombé mon deuxième couteau mais rien à faire, le choc avait dû le faire disparaître comme le premier… Mais dès l’instant où j’avais poussé un soupir de plus, soudain plus un bruit. La créature se retourna et nos regards se croisèrent.

---

/!\ Warning : Ceci n’est rien de plus qu’une blague Merci de ne pas trop prendre au sérieux ce qui suit/ !\

N’ayant pas d’iris, je ne savais pas si elle me fixait comme moi je le faisais. Son allure ne faisait qu’attirer ma vision. Je voulais fermer les yeux mais sa force d’attraction était trop forte ! Je ne pouvais pas ! Je ne pouvais pas fermer les yeux face à la vue de ce corps poilu, de ces yeux vides ! Et de cette sensation de danger qui se manifestait en moi. Quels seront ses prochaines actions ? Qu’allait-elle me faire maintenant qu’elle m’avait remarqué ? Mon corps dégoulinait de sueur chaude ou froide… Peu importe, mes vêtements en étaient tout trompé, si j’avais été seul je me serais surement déjà mis (torse) nu. Mais rien à faire elle était toujours là et tous deux nous n’avions pas bougé d’un pouce. J’étais comme pétrifié, serait-ce donc ainsi ? Une émotion si puissante qu’elle paralyserait plus d’un ? Sa présence si dense faisait pression sur mon corps et mon mental si frêle ! L’inévitable était là ! Elle se mit à bouger ! Enfin avait-elle fait une action dans ce calme théâtrale ! Elle s’avança et s’avança encore ! Mon cœur n’en pouvait plus ! Mon corps non plus ! Je voulais totalement me lâcher et me sauver ! Hélas on se retrouva face à face l’un à l’autre. On continuait de se fixer et je pouvais facilement me noyer dans son regard telle un trou noir dévastateur qui aspirait mon esprit ! On y est. Pour moi. J’étais à sa merci, elle pouvait faire de moi ce qu’elle voulait tellement j’étais tétanisé par son aura dévastateur. Maintenant qu’elle est si proche je pouvais enfin sentir mon esprit, que dis-je mon âme qui était en train de se faire corrompre !



Journal - Fiche - Ma couleur Darkviolet


Dernière édition par Asrael Madregal le Sam 20 Jan 2018 - 4:29, édité 1 fois
♦ Rose ou chou ? : Choucroute! J’aime pas La choucroute...
♦ Combien de rides ? : 18
♠ Petits messages : 120

Feuille de personnage
Niveau:
4/30  (4/30)
Expériences :
66/1000  (66/1000)
Votre domaine: L'Imagination
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Il y a toujours plus petit que soi [quête solo] - Sam 20 Jan 2018 - 4:25

Partie 2

Tout espoir en moi venait de se volatiliser. L’araignée s’apprêtait surement à me manger, bien qu’elle n’ait pas bougé d’un pouce. Soudain un gros bruit se fit entendre et avant que je puisse comprendre quoi que se soit, le bruit semblable à une explosion nous surpris tout deux. L’insecte par peur me rentra dedans et j’avais la tête collée au sol. Cette terrifiante vision lorsque qu’elle m’avait foncé dessus, j’avais bien cru que j’allais m’évanouir, mais elle ne m’avait rien fait et je pouvais enfin me détendre puisqu’elle n’était plus en vue. Cette explosion m’avait sauvé la vie ! Je savais déjà que j’étais un gamin chanceux, mais à ce point-là. J’avais envie de dire que dieu me faisait de gros pouces en l’airs.

*mais d’où venait cette explosion ? *





C’était ce que je m’étais demandé après avoir attendu un moment allongé au sol, le temps de me calmer.
Je levais ensuite la tête pour voir ce qui m’avait sauvé la vie. Un crayon gigantesque était la réponse à ma question. Sûrement celui qui était abandonné sur la table et qui se trouvait maintenant au sol. Comment était-ce possible ? Peut-être était-ce le vent puisqu’il ne fallait pas grand-chose pour qu’elle tombe… Cela voulait aussi dire qu’elle aurait pu tomber sur moi pendant que j’étais au sol.


*Quel mec stupide je fais*





Mais chose rassurante, c’est que ça m’a sauvé la vie.

Je me relevais et mis fin à mon repos. Avant toute chose je me rapprochais du crayon salvateur et je lui donnais un petit baisé comme pour le remercier.

-Ne t’en fait pas, je reviendrais pour te récupérer





Puis je lui tournais le dos pour reprendre ma route, mais je regardais une dernière fois derrière moi comme pour me m’être en garde que le crayon ne me protégera plus et que je devais me préparer à tous les dangers qui allait se retrouver face à moi. Je pouvais déjà imaginer les nombreux ennuies que j’aurais à rencontrer et que je devrais surmonter !

---

Dans cet élan de détermination je courrais, mais cela n’en finissait pas ! 10 cm de haut était ma taille et cette bibliothèque était déjà gigantesque lorsque j’étais à ma taille normale et pour en rajouter, je n’avais pas beaucoup le sens de l’orientation. Maintenant avec ma taille réduite je ne reconnaissais plus rien ! Mes sens étaient tous embrouillés et je n’avais plus aucun repère si j’en avais. Du coup je continuais de courir bêtement encore et encore. Jusqu’à ce que d’énorme bruit me fît m’arrêter. Elle venait de derrière une étagère géante, à côté de moi. Je pouvais m’inquiéter puisqu’en face de moi se trouvait le croisement des couloirs, ce qui voulait dire que l’être qui faisait ces bruits allait être en vue d’ici peu.

Cela m’inquiétait encore plus puisque la simple de chute d’un crayon était comparable à une explosion, mais la chose qui faisait ces bruits répétés devait être énorme et en cela devait être vivant. Pour moi la seule identité capable de faire ça, était un humain taille gratte-ciel comparé à moi. Bien sûr cela pouvait aussi être autre chose, mais cela aurait été encore plus inquiétant.

Je m’arrêtais donc de courir avec l’espoir que je tombe sur un adulte responsable qui saurait ce qui m’arrive. Malheureusement ce n’était pas ce que le destin me réservait. A la place un garçon plutôt jeune venait de faire son apparition. Il avait continué de courir jusqu’au croisement des couloirs pour reprendre son souffle. Quant à moi j’essayais de me cacher en me collant contre l’étagère remplie de livre. Mais c’était peine perdue puisque tout était visible et il suffisait de baisser la tête pour me voir.

*Regarde pas en bas, regarde pas en bas, regarde pas en baaaas !*





Lorsque comme par hasard le gamin baissa la tête pour avoir les yeux rivés sur moi.

*Mais c’est quoi ça, tout ce que je pense se réalise maintenant ?!*





Puis c’était un duel de regard qui commença. Bien que cela avait tourné court puisque dans un léger sourire mesquin le garçon se rapprocha. Puis moi j’avais commencé à prendre la fuite ! Cependant courir dans un couloir en ligne droite n’était pas vraiment une bonne idée. Ce qui tourna plutôt mal en ma faveur puisqu’au début il avait essayé de m’écraser avec ses pieds ! J’avais réussi à esquiver deux piétinements en regardant derrière moi, mais il avait compris qu’essayer de m’attraper avec sa main serait plus amusant et en moins de deux il m’avait eu…

Par contre, Pendant que je m’élevais du sol, j’eu une idée dans ma panique. C’était de me mettre à pleine dent dessus son index. Ce qui eut pour effet un évènement plutôt attendu. Il m’avait lâché ! Par contre ce qui suivait après était plutôt une surprise, car dans sa panique il venait de me balancer en l’air et le résultat était que je me trouvais maintenant sur son visage.

*Oh merde *





Tout deux avions fait un très court échange de regard, mais je me dépêchais très vite de regarder l’étagère le plus proche de nous et sans trop réfléchir je sautais. Pendant mon saut le garçon eu le réflexe de se donner une petite claque, qui ne ferait pas trop mal, au visage pour me faire dégager, réflexe que tout le monde aurait je dois dire. Cependant j’avais déjà sauté avant qu’il ne puisse m’atteindre. Ma chute fût rattrapée par mes petits bras frêles à l’un des livres de l’étagère. Je me dépêchais donc de me faufiler par le dessus des livres. En temps normale je n’aurais jamais pu faire tout ça mais avec l’adrénalines à mes bras je pouvais encore aller plus vite !


A partir de là je me glissais derrière les livres en espérant que mon poursuivant avait arrêté ses recherches, mais ça serait trop facile si ça s’arrêtait là. C’est pour cela que j’entendais le bruit des livres qui se déplaçaient, ou plutôt qu’on jetait.

- Bordel c’est bien un gamin pour avoir ce genre d’idée.





*Attendez... Mais j'en suis un ?!*





Et pour le coup j’étais pris au piège et je commençais déjà à perdre tout l’espoir que j’avais réussi à garder. Puis dans un élan de désespoir je faisais tomber un livre de l’étagère, ce qui attira l’attention de mon poursuivant et moi j’essayais de me faire un chemin entre les livres et le mur de bois qui était le fond de l’étagère. Avec un coup d’œil derrière moi je voyais les livres disparaitre petit à petit, il venait de reprendre ses recherches et moi je craignais de rencontrer le bout du chemin et je continuais à passer de livre en livre, bien que ce fût voyant que je n’allais pas du tout assez vite et au final le moment tant attendu arriva. Le livre en face de moi venait de disparaitre…

Là nos regards étaient de nouveau croisés. J’avais arrêté de me battre et je restais bien droit en face de lui. Sa main commençait à se rapprochait de moi quand d’un coup un grand bruit se fit entendre.

- C’était donc toi l’origine de tout ce boucan !


C’était la voix d’un des surveillants ! J’étais sauvé ! Moi qui ne cherchais que ça...

La voix était celle d’une jeune femme. Ce qui l’avait attiré était un bruit suspect lors de sa ronde. Résultat elle était sur un garçon jetant par terre sans distinctions les livres de la bibliothèque qui étaient soigneusement rangées de A à Z bien que ce n’était que la partie D puisque ce n’était qu’une seule rangée qui avait été mis en désordre.

- Alors toi tu vas avoir de gros problèmes, j’espère que tu es fière de toi surtout avec les risques encourus et qui sont inscrits sur le règlements de l’établissement


-Mais il y avait un …


- Pas de « mais », quoi que ce soit, ça ne méritait pas le passage d’une tornade dans les étagères.


*Haha Sauvé par le gong !*


Je pouvais enfin crier victoire j’avais enfin trouvé quelqu’un de responsable et en plus c’était une femme ! La vérité était que j’étais plutôt mal à l’aise avec les hommes bien virils, le genre à être musclé et à avoir un regard intimidant. Cependant pendant que je rêvais et que je m’exclamais à moi-même la jeune dame avait déjà attrapé le jeune homme par le bras et tous deux commencèrent à s’éloigner. Cela avait mit un terme à ma joie soudaine qui se retransforma en inquiétude. Si je ne me dépêchais pas elle allait partir avec ma chance de retrouver ma taille !

Je commençais alors à descendre de l’étagère, mais surprise, là hauteur à laquelle j’étais m’avait fortement intimidé. Je ne devais pas perdre de temps, pourtant ma conscience était plus que fatigué. J’avais rassemblé mes dernières forces pour pouvoir descendre. Cependant quelque chose que je n’avais pas pris en compte survenu. La force soudaine qui était en moi avait disparu. L’adrénaline s’était déjà dissipée et je pouvais sentir la souffrance dans mes bras lorsque j’essayais de me baisser.

*Ça va donc se finir ainsi ?*







Journal - Fiche - Ma couleur Darkviolet
♦ Rose ou chou ? : Choucroute! J’aime pas La choucroute...
♦ Combien de rides ? : 18
♠ Petits messages : 120

Feuille de personnage
Niveau:
4/30  (4/30)
Expériences :
66/1000  (66/1000)
Votre domaine: L'Imagination
avatar
Apprenti-dieu
Apprenti-dieu
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Il y a toujours plus petit que soi [quête solo] - Dim 21 Jan 2018 - 10:13

Partie 3

Puis un bruit assez aigu attira mon attention. Une adolescente poussant un chariot remplit de livre courrait vers ma direction. Je reprenais mon souffle. C’était le moment ou jamais. Je savais que si je me ratais, la hauteur de la chute allait me tuer à coup sûr, mais cela était aussi dû à ma faible constitution. Quand le moment était venu je sautais.

Ma chance venait encore de frapper ! J’en avais presque les larmes aux yeux tellement j’étais content. J’avais réussi à atterrir dans le chariot et les livres avaient amortie ma chute. Je pouvais enfin prendre une pause sans parler de la fatigue musculaire qui parcourait mon corps. J’étais tout essoufflé et allongé sur un livre je ne bougeais plus d’un pouce.

- Madame la surveillante ! Madaaaaame !!


C’était la fille qui poussait le chariot qui hurlait comme une folle. Cela m’avait surpris au plus au point. Mon cœur qui pouvait enfin se reposer m’avait donné un grand bond. Maintenant je me tenais droit la peur au ventre.

- Ça ne va pas de me faire une peur pareille !


Cependant j’étais trop petit pour me faire entendre sans parler des bruits produits par les petites roulettes du chariot qu’elle poussait. Je me demandais d’ailleurs pourquoi courait-elle avec un chariot… Mais je devais voir le bon côté des choses. J’étais enfin à l’abri des potentiels piétinements qui auraient pu m’arriver par inadvertance ! En réalité j’étais devenu très petit mais pas au point qu’on ne me verrait pas, mais si on ne faisait tout de même pas attention je passais facilement inaperçu.

Au final la fille avait rattrapé la surveillante. La femme qui était en train d’accompagner le jeune garçon se retourna affichant un visage ferme. J’étais en nettement visible par elle et il ne fallut pas longtemps pour qu’elle baisse les yeux pour m’apercevoir. Elle lâchait un petit soupir, mais avant qu’elle ne place un mot l’adolescente toujours en reprenant son souffle commença à parler.

- (adolescente) Ma..Madame …*ouf* Le livre est de nouveau réapparut !


- (Surveillante)C’est bon je pense déjà savoir qui était le dernier utilisateur



- (adolescente) Est-ce que ce serait ce jeune garçon qui vous accompagne ?



- (Surveillante) Non, le coupable se trouve en ce moment même sur ton chariot.



- (adolescente) Aah ???



L’adolescente se pencha en avant et nos regards se croisaient pour la première fois. Je me sentais très gêné puisque je pouvais être comparé à une bête de foire et en plus être traité de coupable n'était pas très agréable non plus. Cependant je devais assumer ce que j’avais fait et je restais droit. Je ne flanchais pas, alors qu’en réalité, je voulais me couvrir le visage et me cacher dans un petit recoin. Juste pour la bonne conduite j’agitais ma main comme pour faire « coucou »

- (adolescente) Je voiiis…


- (surveillante) Vous n’avez pas touché le livre j’espère !


- (adolescente) Bien sûr que non ! Il est connu pour disparaître mystérieusement si l’utilisateur ne tombe pas dans le piège


- (surveillante) Bien je vois que toi au moins tu as retenu la leçon




* Il y en avait d’autre en plus de moi ?!*


- (Surveillante) Bon il est temps de ramener ce jeune.. Euh …


* C’n’est pas évident ?!! *



- (Surveillante) Bon peu importe montre-moi où est le livre


- (adolescente) Bien !


Je n’arrivais pas à le croire, que quelqu’un ne puisse pas savoir si je suis un mec ou une fille. Mon ego venait de prendre un coup….

*J’espère que c’est juste à cause de ma taille parce que sinon…*


En réalité je ne pensais rien de méchant, je me disais juste que j’allais encore prendre sur moi comme je le faisais d’habitude. De toute façon ce ne serait pas un problème gênant dans le futur. Ou du moins c’était ce que je me disais.

On venait donc de faire le chemin inverse, mais à une cadence plutôt vive. On était un groupe de 4, le garçon qui m’avait poursuivi n’allait pas y réchapper et avait été emmené avec nous. D’après ce que j’avais compris le livre disparaissait lorsqu’un utilisateur n’avait pas au moins lu son contenue… Quoi que selon les dires de l’adolescente, c’était « si on ne tombait pas dans son piège ».

* Ce livre serait un être vivant ? Il attirerait les jeunes curieux comme par magie et puis pouf ? Mais s’il était …*


- (Surveillante) C’est bien ce livre, couverture mauve avec une sorte d’aura qui semble attirer tout nouveau venu…


J’étais en pleine réflexion jusqu’à ce que je sois coupé par la bonne dame qui essayait de m’aider. J’affichais ma joie lorsque mon problème semblait résolu pour de bon. Puis sans prévenir, la surveillante m’attrapa avec sa grosse poigne. Je fus surpris du geste, mais sans trop de mouvement brusque elle me déposa aux pieds du livre. Puis elle tourna les pages un à un et enfin elle m’indiqua un passage du livre que je devais lire à haute voix. Moi sans trop réfléchir je lu.

Bien sûr c’était un passage presque illisible et ma prononciation faisait peine à entendre. Heureusement que j’étais trop petit pour que les trois personnes qui m’accompagnaient m’entendes. C’était là que fut la surprise lorsqu’un flash de lumière semblable à celle qui m’avait fait rétrécir apparut. J’étais très surpris et j’avais fermé les yeux. De même pour l’adolescente et le jeune garçon, mais la surveillante était resté de marbre et avait utilisé qu’un bout de sa main pour se protéger.

Lorsque j’ouvrais de nouveau mes yeux, mon équilibre avait brusquement changé et je manquais de tomber en avant, mais je m’étais rattrapé sur la table. Enfin ! J’avais retrouvé ma taille ! C’était un corps grand ! Dans un monde des plus normaux ! Bien que, si on y pensait, la bibliothèque à elle seule semblait t’avoir plongé comme dans un autre univers avec des étagères à pertes de vue !

J’étais très fier et en me retournant je ne manquais pas de les remercier et je pouvais même me mettre à quatre pattes la tête contre le sol tellement je leurs étais reconnaissant… Sauf à l’intrus masculin que la surveillante tenait. Mais bon j’allais quand même le pardonner puisque sans lui la surveillante ne serait jamais passée par là.

- (Surveillante) Eh bien… Maintenant que cette histoire est terminée vous allez tous les 3 me suivre


J’étais encore plus surpris ! J’étais tellement debordant de joie que j’en avais oublié les retombés qui allaient avoir. Quoi que j’avais un bon argument de défense puisque je n’en savais rien et que j’avais encore l’atout du « nouveau-venu » celui qui était et sera toujours innocent. Malgré tout elle avait entamé le chemin sans qu’on ne puisse rien dire. Le garçon était tiré par le bras et ne disait rien, pendant ce temps moi et la fille à l’arrière nous avions de nouveau les regards croisés. Elle fît un geste d’épaules comme pour dire « je ne sais pas » je supposais donc que c’était à propos de notre convocation à trois. Mais avant de partir la surveillante nous adressa la parole tout en continuant de marcher.
- (Surveillante) n’oubliez pas le livre surtout !


Sans trop attendre l’adolescente répondue avec un « oui » presque immédiat pendant que moi je me contentais de hocher la tête. Cependant en me retournant le livre avait disparu de la table ! Comment était-ce possible ? Me demandais-je. Et ma campagne était tout aussi surprise que moi. C’était là que comme un flash-back je me souvenais qu’en me rattrapant sur la table j’avais touché le livre ! Donc peut être que comme je n’étais pas « tombé » de nouveau dans son piège, il s’était fait la malle ! Cela aurait pu défier l’imagination de plus d’un mais pas de moi ! Dans un monde fantaisiste où tout était possible pourquoi cela n’arriverait pas ? Par contre cela ne changeait en rien la situation dans laquelle j’étais. C’était moi le fautif et je devais en faire part. Alors c’était ce que j’avais fait. Je déballais mon sac avec la fille à côté de moi qui continuait de s’interroger sur la disparition du livre.

En entendant ma nouvelle, elle me lâcha un gros soupir avant de rajouter qu’on y pouvait rien, ce genre de chose arrivait souvent. En plus se livre avait toujours réussi à se faire la malle avant qu’on ne puisse l’enfermer comme il faudrait. Par contre elle me confia aussi qu’elle était désolé pour ses prochaines victimes et elle avait raison, moi-même je ne souhaiterais à personne vivre ce que j’avais vécu et encore moins rencontrer une bestiole poilu à huit pattes comme j’en avais fait l’expérience.

La surveillante avait fini par perdre patience et nous rappela à l’ordre et nous sans trop tarder nous nous dépêchâmes de la rejoindre et de lui expliquer la situation, mais avant tout j'étais revenu en arrière pour ramasser ce qui m'avait sauver la vie. Et la surveillante dans un soupir avait dit qu’on en parlerait lorsqu’elle serait enfin assise sur son fauteuil dans son bureau où elle pourra mieux réfléchir.

A la fin le tout se termina plutôt bien et je pouvais enfin retourner dans mon dortoir exténué... D'ailleur Naldo ne manqua pas de me narguer plus d'une fois, mais au moins j'avais mon CRAYON SALVATEUR


Journal - Fiche - Ma couleur Darkviolet
♦ Rose ou chou ? : Rose
♦ Combien de rides ? : 22
♠ Petits messages : 881

Feuille de personnage
Niveau:
15/30  (15/30)
Expériences :
15423/2000  (15423/2000)
Votre domaine: Matérialisation/Dématérialisation
avatar
Délégué(e) de la Communication
Délégué(e) de la Communication
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Il y a toujours plus petit que soi [quête solo] - Lun 22 Jan 2018 - 12:13
Notation du RP

Ma foi, c’était très amusant ! Le passage « Une coulée de colère noir chocolat venait glisser le long des énormes glaces vanilles de tristesse » était assez surprenant aussi… je me demande où est-ce que tu es allé chercher ça ! :p

En tout cas, une araignée pour commencer, c’est toujours agréable. Je me demande ce que ça fait, de se cogner contre une araignée poilue… si ça se trouve, elle a un corps tout mou, ce n’est pas si désagréable que ça. Non non non non, je n’ai pas envie de tester, merci. Ensuite, la démesure, les moments de tension, la résolution des problèmes, tout est là, j’ai beaucoup aimé. Peut-être que des petites images pour décrire quelle personne parle aurait été plus joli visuellement ? Enfin, ce n’est pas grave, ça reste très lisible !

Il y a des petits problèmes de conjugaison et de syntaxe, mais dans l’ensemble, tout est bon !
Quête validée, bien joué !

PS : Asrael est très mignonne.
Asrael Madregal : 550 xps + 350 xps bonus quête

Xps attribués : Yep
Contenu sponsorisé
Re: Il y a toujours plus petit que soi [quête solo] -
Il y a toujours plus petit que soi [quête solo]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Place de l'Horloge :: Grande Bibliothèque-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page