Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Frapper en plein coeur

 
Invité
Anonymous
Invité
Frapper en plein coeur Empty
Frapper en plein coeur - Mar 27 Aoû 2013 - 10:44
Me voici sorti de ce trou humide, de cette académie qui se dit protectrice et de ce monde hypocrite car après tout, qu’est qu’on deviendra une fois devenu dieu ? Comme l’a dit Isanagi, nous serons oubliés au fil de temps et cela ne peut être accepté, je ne sais combien de temps j’ai été enfermé mais je dois rappeler au monde que je suis là avant de partir de nouveau pour trouver cette paix intérieur que je recherche tant, j’irais à pied là bas pour prouver que je suis en quête de cette paix dont j’ai besoin pour continuer, j’ai beau avoir la force mais elle ne doit pas dépasser la raison car de la force sans raison ce n’est qu’une idiotie sans pareille. Je m’autocritique je sais mais si je ne me remets jamais en question jamais je ne progresserais.
 
Je dois frapper un grand coup avant mon voyage qui va durer je ne sais combien de temps alors autant effrayer le monde au plus haut point. J’ai donc décidé de frapper l’Amérique, la plus grande superpuissance économique et militaire, je vais les frapper dans un endroit que personne n’aurait osée essayer : le défilé militaire de Washington. Il passe devant la Maison Blanche et plusieurs milliers de personnes assisteront directement à cet évènement et plusieurs millions via leurs écrans. Mais comment frapper ce défilé qui sera sous extrême surveillance ? Eh bien, par le dessous.
Comment je compte procéder ? Rien de plus simple, grâce aux plaques d’égout, je ne ferais sortir personne de ces endroits nauséabonds mais je compte employer l’aspect inoffensif de ces plaques à mon avantage. Il y a 10 plaques d’égout sur le chemin qui passe devant la maison blanche et le meilleur moment de l’attaque, c’est lors du passage des blindés mais comment les détruire ? Eh bien, je vais employer une arme crée lors de la Seconde guerre mondial et qui est encore utilisé à cette époque : la charge creuse.
 
Dans un cylindre, on place un cône inversé, l’espace restant est remplie de poudre qui lors de l’explosion inverse le cône et envoi une nuée de chaleur et d’acier fondu permettant ainsi de perforé la grande partie des blindages existant. On place ces charges sur des lances roquettes mais moi je veux faire plus fort, la taille de cette charge creuse sera équivalente à la taille de la plaque d’égout. Sur un blindage, ca passe au travers presque comme du beurre mais quand c’est tout juste en dessous, le blindé explose tout simplement et vu qu’ils sont en formation, l’explosion d’un a de forte chance d’en faire exploser d’autre et de au passage, tuer beaucoup de civil. J’ai mis deux jours à installer tout les dispositifs nécessaires à la réussite de mon projet et je n’ai plus qu’à attendre le dit jour pour mettre mon plan à exécution.
Le jour tant attendu est arrivé, l’Amérique prouve au monde sa puissance militaire, toute ses troupes passe devant toute la présidence, ils sont si confiant et ils ne se doutent aucunement ce qu’il va leur arriver. Je dispose d’un détonateur à commande vocal, je n’ai qu’à prononcer la mise à feu et tout explosera comme un feu d’artifice. Mais, je sens que je ne suis pas seul sur ce toit avoisinant la Maison Blanche, il y a quelqu’un mais je ne sais qui et est que c’est un allié ou un ennemie ?
 

Qui vas là ? ai-je dis à cette personne que je sens, à moins que ça ne soit mon imagination.
Invité
Anonymous
Invité
Frapper en plein coeur Empty
Re: Frapper en plein coeur - Mer 28 Aoû 2013 - 13:59
J'étais enfin là, dans le monde qui me berçait autrefois. Après tout ce temps passé à l'académie, j'avais peine à y croire. Personne pour me chasser, me disputer. J'étais face à moi même et à la route que je déciderais de prendre. Pour moi, c'était déjà tout réfléchis. Il était temps que je monte les marches de la Guilde Noire, bien que je ne sache pas grand chose de celles-ci. J'en avais entendu parler, un soir, alors que j'écoutais une discussion mouvementée entre deux professeur, et le moins que je puisse dire, c'est que les paroles versée à son sujet m'avaient séduite. J'en étais convaincue, c'était au près d'eux que mon désir de vengeance trouverais son utilité. C'était comme un échange de services. Mon dévouement en échange de la libertés qu'ils avaient le pouvoir de m'offrir. Une fois cela fait, j'aurais peut-être énormément de gens sur le dos, mais je m'en fichais. Après autant de temps et de sucre cassé sur mon dos, il fallait s'y attendre. La soif de sang ne m'aurait pas frappée si les choses auraient été différente, mais ce n'est pas le cas. Avec ce qui m'était arrivé, le démon m'avait possédé. Quelque chose c'était brisé en moi, et dès ce jour, j'étais devenue un femme convaincue. J'avais besoin de me venger, de faire couler le sang et de me satisfaire de la chair de mes adversaires. Les hommes n'étaient que des abominations, et j'agirait au nom de la cause qui me semblait la meilleure.




 Je regardai les chars passer, les hordes de soldats avancer en rythme. Les états-unis d'Amérique avaient décidé de fêter aujourd'hui leurs puissance militaires, soit-disant imprenable. J'en riai. Si seulement le peuple avait le droit de savoir ce qui se déroulait réellement dans les prises de décision, le gouvernement ne tiendrait pas 48 heures. Toute ces armes chimique/ nucléaire pointée aux 4 coins du monde, les forces de l'ordre ignorant la détresse de leurs citoyens, ou encore les expérience faîte dans le plus grand secret, tout cela me dégouttait. L'espèce humaine dégoulinait de son imperfection, et nous étions si rare à la remarquer.


Je ne savais pas trop pourquoi j'étais venue. Je n'étais pas encore assez puissante pour être vue des hommes, mais quelque chose me poussait à croire que j'avais quelque chose à faire ici. Si j'étais une Renégate, c'est ici même et à cette date que je sèmerais le chaos. Le moral de la population en prendrait un coup, et les pertes seraient colossale. Mais le temps passa, lentement, très lentement même. J'en vint presque à me demander si c'était une si bonne idée que ça ... L'occasion était pourtant parfaite. Pourquoi personne ne venait-il ? Soudain, je vis quelqu'un, ou plutôt quelque chose, qui me redonna du courage. Sur un toit avoisinant se dessinait une silhouette. Massive, grisâtre, plus je l'observais, plus j'avais le sentiment que celle-ci n'avait rien d'humain. Une technologie supérieure gouvernementale, peut-être ? Je devais aller voir. Dans le meilleur des cas, je risquais peut-être ma vie, dans le pire, ce n'était qu'une stupide machine incapable de me voir. Ni vu ni connu, ce qui n'était pas très difficile vu ma condition, je pénétrai dans le bâtiment et arrivai sur le toit par une trappe déjà ouverte. Un moment passa où je me contentai d'observer la chose, qui elle même guettait le défilé. Elle ne m'avait pas remarquée. Déçue, je me levai, persuadée que tout ceci n'était qu'une perte de temps, mais alors que je faisais demi tour, j'entendis :

Qui vas là ?


Je me retournai, lentement. Me voyait-il, m'entendrait-il ? Étais-je en danger ? Certainement, mais ce n'étais pas forcément une mauvaise chose. Bien que l'excitation, et non la peur, bouillait en moi, j’exerçai un simulacre d'indifférence. Ma renaissance m'avait faîte merveilleuse comédienne. Je remontai mes manches et posai mes poings sur mes hanches.


J'admire un Artiste à son oeuvre. Tu me vois, n'est-ce pas ? J'étais certaine que tu n'étais pas un des leurs ... Dis-je en pointant la parade, une expression de dégoût sur le visage.


Sans en avoir trop dit, j'étais certaine de m'être fait comprendre  s'il était effectivement ici dans un but fort peu ... Lucratif. J'avançai lentement vers lui, souriante. Bien que je n'étais pas encore certaines de ses intention, je n'avais pas peur. Je n'avais jamais peur. Et si j'étais proche du but ... ?






 
Invité
Anonymous
Invité
Frapper en plein coeur Empty
Frapper en plein coeur - Jeu 29 Aoû 2013 - 20:50
Je me disais bien que ce n’était pas mon imagination, il y avait bien quelqu’un avec moi sur ce toit et quelqu’un de l’académie. Pas encore assez puissante pour que le monde la voit, car oui cette personne est une fille que je ne peux guère voir mais elle est là. Mais pourquoi au juste ? Certainement pas pour m’arrêter car sinon elle aurait commencé un monologue me disant que j’étais en état d’arrestation et autre baratin habituel qui pour moi, ne sont que la transformation d’oxygène en dioxyde de carbone inutile. Alors, pourquoi est-elle ici ? Voudrait-elle rejoindre la Guilde ? Cette pensée me fit rire intérieurement car, ça me parait très peu probable, elle n’est pas encore assez puissante pour faire partie d’une organisation de cette envergure, je ne suis même pas sûr qu’elle soit capable de tuer quelqu’un.
On a beau dire qu’on est capable de ceci et de cela pour au final, ne rien prouver. Certains y arrive, d’autre non mais de là à tuer quelqu’un, très peu de personne sont capable de ça et les personnes qui y arrivent ; la majeure partie d’entre eux meurent hanté par ce qu’ils ont fait, personnellement ça ne m’affecte guère car au vu de ce que je suis, je ne crains rien. Ce n’est guère de l’arrogance, ce n’est que réel vu que je suis une machine à la puissance déconcertante. Il est vrai que d’autres sont plus puissant que moi mais je pense que personne n’a encore osé s’attaquer à un défilé militaire mais moi oui.
 
Je ne suis guère un artiste, je ne fais que suivre la voie que j’ai empruntée. Et puis, avant que tu ne me demande quoi que ce soit, je peux te dire que je ne te dirais rien sur la Guilde, même si tu veux la rejoindre.
 
Voilà qui est dit et fait, nous ne pouvons acceptait tout le monde car la Guilde n’est guère un moulin, on n’entre pas comme on veut dans une organisation comme celle-ci, comme dans toute d’ailleurs mais je sais déjà ce qu’il va se produire. Elle va revenir à la charge pour montrer qu’elle est prête à tout pour rentre dans la guilde. Mai ça ne marchera guère avec moi car je suis sélectif dans mes choix. Je ne le faisais guère avant car je me croyais supérieur à tout le monde mais maintenant, ce n’est plus le cas depuis ma rencontre avec cette Aqua et sa comparse dont j’ignore encore le nom. Mais elles m’ont aidé sans même qu’elle le sache. Grâce à elle, j’ai décidé d’entreprendre un grand voyage. Le plus grand qui soit mais aussi le plus douloureux car je pars à la recherche de moi-même. Et découvrir qui on est vraiment se fait très souvent dans la douleur. Pas une douleur physique mais une douleur psychique. L’âme peut être fissuré lors de ce voyage voir moi-même, je peux être brisé.
 
Avant même qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit, je l’ai prise de court en disant : Il est inutile d’insister, je ne reviendrais pas sur mon jugement.
 

Ce que l’on souhaite de plus chère est souvent inaccessible et je ne fais que le démontrer.
Invité
Anonymous
Invité
Frapper en plein coeur Empty
Re: Frapper en plein coeur - Sam 31 Aoû 2013 - 14:05
Je ne devais pas être la première à m'intéresser avec lui, car ce qu'il me dit semblait presque avoir été répété.


Je ne suis guère un artiste, je ne fais que suivre la voie que j’ai empruntée. Et puis, avant que tu ne me demande quoi que ce soit, je peux te dire que je ne te dirais rien sur la Guilde, même si tu veux la rejoindre.




Je me retint de rire. Il était sélectif le monsieur. Ça promettait d'être intéressant. Je me tût et le laissai parler. Une sorte de fierté émanait de ses paroles. Il était confiant. Trop confiant sans doute. Ça le perdra, si ce n'est pas déjà le cas. Cependant, je n'en dis pas un mot. Il n'avait pas fini :  Il s'attendait à une réaction de ma part. Il allait être déçu ... Savait-il au moins qu'il ne faisait que m'encourager ?  Je laissai quelque seconde s'écouler avant de faire mine de protester


Il est inutile d’insister, je ne reviendrais pas sur mon jugement.


Il n'allait pas avoir le choix. Je n'avais pas fait tout ce chemin pour rien. Je laissai échapper le rire qui me restait dans la gorge. J'étais sans aucun doute la militante la plus motivée. Si j'avais la possibilité d’interagir avec les hommes, il en serait le premier convaincu, mais j'allais devoir être plus fine. Je haussai les épaules et m'approchai de la machine, avant de m'accroupir à ses cotés. Oui, j'étais folle. Certains partisans de la guilde m'auraient peut-être tuée pour moins que ça. D'ailleurs, rien ne me disait que ce n'était pas son intention. La peur ne faisait pas partie de mon mince panel d'émotions. J'avais quelque chose à tirer de lui et je l'exploiterais jusqu'au bout. Je regardai le défilé et me demandai où se trouvait le piège mortel. S'il était en surface, j'aurais largement eu le temps de le détecter avant. Je fixai les soldats passer, et c'est là que j'eût compris. Là, sur un coin, un carré grisâtre ; Une plaque d'égout. C'était bien pensé. La menace était sous terre. Ils n'avaient aucune chance de s'échapper. Je souriai.


Oh tu sais, c'est comme tu veux. Je ne perdrais pas mon temps à tenter à te convaincre, tu l'as dis toi-même, c'est inutile. Maintenant dis-moi,  quel type d'explosif as-tu placé dans les égouts ?


Oui, j'avais compris.  Peut-être que si les humains admettaient notre existence, il l'auraient remarqué eux aussi. A la place, il n'y aurait plus assez de survivant pour compter leurs morceaux. Superbe ! C'était du grand meurtre, et nous étions hors de portée d'un quelconque retour d'acide. Je jouai avec l'un de mes couteaux de jets.  Je n'était malheureusement pas de la partie ... Pour l'instant.
Invité
Anonymous
Invité
Frapper en plein coeur Empty
Frapper en plein coeur - Mar 3 Sep 2013 - 9:26
Elle se croit capable de me faire changer d’avis ?  Un simple fantôme pense pouvoir rivaliser avec moi ? Même si elle ne le dit pas, elle veut que je change d’avis, elle veut me prouver que j’ai eu tort mais tant qu’elle n’est pas matérielle, je ne croirais rien de sa part.
Elle est aussi maligne car elle a découvert où se trouve les explosifs et me demande qu’est ce que c’est comme type d’explosif, je ne lui dirais rien car j’attend le moment propice pour faire sauter les charges et les blindées arrivent. La fierté de l’armée blindée américaine, ce sont les chars Abraham. Le nec plus ultra des chars de combat.
Ils possèdent un blindage à explosion qui leur permet de résister aux roquettes, une vision thermique pour voir toute source de chaleur environnante, un système de visée laser qui définit avec précision la distance de la cible, un canon a barillet pour recharger rapidement et des obus perforant capable de toucher une cible à 3 km, se déplacer sur un terrain cahoteux à une vitesse de 40 km. Ce monstre d’acier me ferait presque oublier les débuts du char, la base de ces chars ce n’est qu’un tracteur.
 
Un fermier anglais voulait traverser ses champs sans s’enfoncer, il a donc collé aux roues de son tracteur, des chenilles en bois et il a pu traverser tout les terrains impraticables. C’était en 1912 et il n’a guère fallu longtemps pour qu’on installe un canon sur ce tracteur. 2 ans plus tard, la première mondiale éclate et c’est l’apparition des premiers chars : Vickers MK II. Un char imposant muni d’un canon d’artillerie puissant mais imprécis. Les chenilles ne tenaient guère plus d’un mois. Puis apparaissent les FT : les premiers chars capable d’avancer à 6 km mais le terrain fait défaut à ces chars car il est cahoteux. Jusqu’à ce qu’on propose une suspension pour chaque ainsi la chenille est toujours en contact avec le terrain et prend la forme de celui-ci. Les premiers à avoir utilisé ce système sont les Russes pour leur char : T-34. Muni d’un blindage incliné qui sera copié par la suite par tout le monde, ce char est de loin le meilleur de la seconde guerre mondiale. Mais vient aussi un autre char du côté Allemand : le Tigre. Ce char possède le canon le plus puissant monté sur un char : un canon de 180 mm. Mais il ne peut tirer en mouvement et est très lent mais malgré ça il obtient très vite la réputation d’être invincible.
Depuis ces guerres, les chars n’ont jamais cessé d’évoluer, voulant toujours être plus puissant et plus solide à chaque fois, les munitions contre le blindage est aussi dans la course car le char est un blindé. Aujourd’hui encore, la plupart des guerres se font avec des chars et c’est l’arme de prédilection des armées modernes.
 

Mais voilà le moment tant attendu, les chars passent sur les bouches d’égout, encore un peu de patience et c’est à ce moment là que j’ai dit doucement Mise à feu. Les chars ont explosé, tous sans exception, la foule est balayé et fauché par les débris d’acier, certains brûlent même, le chaos est entré en jeu.
Invité
Anonymous
Invité
Frapper en plein coeur Empty
Re: Frapper en plein coeur - Ven 11 Oct 2013 - 14:50
Alors que les hommes avançaient vers leur défaite, l'artillerie lourde les suivait de près. Je regardais le cortège, habitée d'une douce impatience, le regard brillant dans les pensée de chairs et de flammes qui habitaient mon esprit. Ils allaient mourir, et c'était bon à savoir. Si le plan avait tenu jusqu'à présent, rien ne pourrait nous perturber par la suite. Soudain, une pointe d'anxiété me perfora les poumons. Ça ne pouvait pas être si facile. Je regardai à gauche, à droite, n'osant pas partager ma crainte à mon interlocuteur, surtout si proche du but. Pourtant, un mouvement suspect attira mon attention, à ma gauche, sur un balcon, loin, très loin de nous. La silhouette était armée, ou du moins, semblait l'être. Étions-nous les seuls méchant ici ? Sans doute. Le cyborg ne me semblait pas être du style à apprécier la compagnie, et visiblement, surtout de Déesse lui étant inconnue. La ferraille américaine avançait péniblement vers l'endroit prévu. Nous, ou plutôt il, était à la vue d'une arme de visée. Pourquoi ne tirait-elle pas, alors ? Nous étions des cibles facile, statique.

Elle n'était pas des nôtres, mais pas des mortels non plus. Alors que mon compagnon avait commandé la mise à feu, la maison blanche semblait s'éteindre. D'abord une grande lumière, puis un souffle qui me fît frisonner. Des hommes, des femmes, des enfants étaient mort sur le coups, les autres, propulsés aux oubliettes, étaient devenu des torches humaine. Notre plus douce amie, la mort, avait fait son lot, laissant place au chaos et au désespoir, alors que nous, responsable, restions intacte. Quelque chose alors siffla tout près de mon oreille. Je me retournai, et constatai avec stupeur qu'il s'agissait d'un filet.

- Baisse-toi !



Des balles, ou que sais-je d'autre, traversèrent encore le vent, tentant de nous tuer. Ils auraient réussi si le filet aurait correctement été lancé. Ils étaient plusieurs. Pourquoi ne nous les avions-nous pas vu ? ... Parce qu'ils savaient. Comment, autrement ? Je mettrais ma main à couper qu'il n'y avait personne avant. Ils devaient forcément connaître le plan. Comment étaient-ils venu, et qui plus est, au moment idéal, sinon ? 




Spoiler:
 
Invité
Anonymous
Invité
Frapper en plein coeur Empty
Frapper en plein coeur - Dim 10 Nov 2013 - 19:02
Le chaos est ambiant, les corps brûlent tel des arbres lors d’un feu de forêt, ceci allez être un très mauvais jour pour les américains, leur grand cortège réduit en cendre et qui plus est, devant le président, je viens de frapper un grand coup dans cette super puissance. Leur croyance d’être invisible les a rendus trop confiant. Quel beau spectacle, ces flammes, cette fumée, ces corps carbonisés qui court encore, ceci n’est que le début. Mais il y a toujours un imprévu.
 
Un filet s’est dirigé vers nous, visiblement pour nous capturés enfin me capturer pour que je crache le morceau, je ne crains qu’ils ne fassent fausse route, les filets qui s’est dirigé vers moi, je l’ai attrapé et il s’est enroulé atour de mon bras. Derrière moi sont apparus des gardes, sécurité bien armée mais pas assez puissante contre moi.
De ma main droite, j’ai saisi une antenne parabolique et je l’ai démonté pour ne garder que la tige principale et je m’en suis servi comme lance, de par ma force je les ai tous embroché, les cris et les tirs me faisait frissonner car le combat revenait en moi. Il restait encore une personne sur un balcon voisin, d’un geste fort, j’ai lancé la lance qui a empalé la personne dans le mur.
 
Si tu es encore là, cherche toi un abri.
 
Il fallait que je me cache, heureusement, j’ai une planque pas très loin d’ici, j’ai sauté du haut de l’immeuble et en atterrissant, j’ai fracturé le sol, j’ai soulevé une plaque d’égout et je suis rentré dans le monde souterrain. Ce dédale de couloir sombre et puant, personne ne veut passer par ici et qui irait me chercher ici ?
Après quelques heures de marche dans ces égouts où pour la plupart des personnes, c’est insupportable mais pour moi, je ne sens rien. J’arrive à un cul de sac, j’appuie sur quelques briques qui ouvrent une porte. Après mon passage, la porte se referme, le noir est le seul présent pour l’instant, mais après que j’ai allumé la lumière, la pièce a totalement changé d’aspect.
 
Cette pièce, couverte de dessins à la précision inégalable et de machine en construction est mon repère. Là où je crée tous ce que j’ai besoin pour mes attentats et mes attaques. J’ai pris une feuille et je l’ai posé sur ma planche à dessin, j’ai saisi un crayon et j’ai commencé à dessiner.
 
Si tu es encore là, je pense t’avoir dit ce que tu voulais non ? 
Invité
Anonymous
Invité
Frapper en plein coeur Empty
Re: Frapper en plein coeur - Jeu 22 Mai 2014 - 9:57
Un rp qui promettait d'être explosif. Enfin, dommage que l'on ne puisse pas en avoir la fin.

Hango : 290 xps
Amber : 220 xps

Xps attribués : Yosh \o/
Contenu sponsorisé
Frapper en plein coeur Empty
Re: Frapper en plein coeur -
Frapper en plein coeur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: Le Monde des Humains :: Au cœur de la ville-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page