Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé]

 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Ven 28 Juin 2013 - 16:37

    - Je me suis trompé sur toi. Tu étais un Brutus et je ne l’ai pas vu. Tu as joué le faible pour mieux m’assassiner. Alors soit. Tue tous les Césars de ce monde si cela te sied. Que Lyra soit notre Lucrèce !

    L'étrangler. Voilà l'envie du monstre. Le torturer. Il avait surtout l'envie de lui crier mille et une insulte à la figure. Pourquoi il parlait encore ? Pourquoi il vivait encore ? À quoi jouait-il ? De plus le père n'avait pas l'air de comprendre que les deux jeunes présents dans la pièce étaient déjà mort. Qu'a-t-il dans le cerveau ? Lev aurait aimé savoir.
     
    - Tu es une machine, mon fils. Une machine à un meurtre.

    C'était que son point de vue. Le démon n'avait encore tué personne et cet homme n'était pas devin pour lui dire si c'était vrai ou non. Une machine n'a aucun sentiment alors que Lev en avait. Oui lui il souffrait au fond de lui en ce moment. Il pouvait ressentir de la joie comme de la tristesse, il pouvait avoir l'envie de déprimer ou l'envie de faire rire tout le monde. Lev pouvait ressentir de la joie au fond de son cœur, alors que le père non. Sauf que le cœur du démon sombrait. Il perdait la tête, cet homme le rendait fou et ce juste avec quelques mots et un appât mort. De plus il en rit, un rire monstrueux que Lev avait déjà entendu et qu'il s’efforçait de ne pas écouter. Ce genre de rire qui vous glace le sang. Suite à ça il s'approcha de son fils avec une arme en mains, oui il essayait de s'attaquer à lui. Avec des gestes maladroits, il voulait tuer son fils déjà mort ? Brusquement il retrouva du poil de la bête et se jeta sur le démon qui ne s'y attendait pas. Il sentit quelque chose dans son épaule. L'homme l'avait donc touché, fais plus attention idiot de Lev !

    - Devenir un meurtrier. Pouvais-tu me faire un plus beau cadeau, Lev ? Le vice sera ton second habit désormais. Le meurtre, le sang, la mort. Que de précieux compagnons ! Apprivoise-les car ils feront partie de toi désormais.

    Assez ! Trop c'est trop. L'homme sortit la lame de la chair de son fils et y goutta, comme si c'était bon ! Sous les cris de Lyra, sans même savoir ce qu'elle dit, le démon n'utilisa pas le poignard mais ses griffes pour lui couper les veines au niveau de la gorge. Lev avait du sang sur les mains, le père en perdait et ça avait même tâché Lyra qui était à l'écart de tout cela.

    - Oui, je suis TON meurtrier.

    Et pour insister, le démon cria bien fort. Suite à ça l'homme tomba à terre encore en sang mais toujours vivant. Lev utilisa cette fois le poignard pour l'enfoncé dans son épaule et le laissa là. L'homme sombrait petit à petit. Lentement, mais sûrement. Il ferma enfin les yeux et inspira son dernier souffle. Voilà, il l'avait fait, il avait tué son père. À ce moment-là une immense joie aurait pu s'installer dans le cœur du démon sauf qu'il avait perdu le contrôle de soi-même. Sans bonne raison ni conscience, le démon se jeta sur la femme qui était encore dans la pièce. La tuer elle aussi ? Pourquoi pas. Détruire, tout détruire, voilà les motifs pour le démon qui ne se rendait pas compte de la gravité de la situation. Il retira le poignard du corps de son père maintenant mort et fixa Lyra, léchant le sang qu'il avait près de la bouche. Chacun son tour, maintenant c'était à elle.


Dernière édition par Lev Wezka le Sam 29 Juin 2013 - 21:41, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Ven 28 Juin 2013 - 18:25

« I can remember the good old days
When you and me used to hide away
Where the stars were shining or the sun was burning our eyes »


Du sang maquilla le visage de la demoiselle. Le sang du père de Lev. Le môme lui avait tranché la jugulaire, il allait se vider peu à peu. Saigné comme un porc, le pourceau. Justice avait été rendue. Lev, dans son immense bonté, le blessant à nouveau, lui rendant son coup à l’épaule avec le même poignard. Sa lame en aurait vu du sang, cette nuit-là. L’homme n’avait rendu aucun cri. Depuis le début, il savait ce qui l’attendait. Il avait tenté de s’en sortir. Mais à quoi bon lutter contre un fantôme ? Sa mort n’était que justice. Ou plutôt vengeance.
Lyra, elle, était satisfaite. Le monde avait été débarrassé d’un fléau. Du fléau qui l’avait gardée prisonnière pendant dix ans. Tout a une fin et voilà la fin de ce cinglé. Il aurait dû être plus prudent.

Ils pouvaient rentrer désormais. La Russe était sur le point de féliciter son frère lorsqu’elle se rendit compte qu’il n’avait toujours pas lâché le poignard. Elle tendit la main pour qu’il le lui rende. Son expression était tout autre. Son visage était déformé par la cruel, par l’horreur. Autour d’elle un fou. C’était bien le corps de son frère mais il semblait absent. Ou du moins hors de lui. C’était Lev sans être Lev. C’était bien son enveloppe charnelle mais cela s’arrêtait là. Le garçon qui avait franchi le seuil de cette maison avait changé. Et c’était sa faute. Entièrement sa faute. Sans s’en rendre compte, elle avait créé un monstre.
Il avait bondi vers elle. Maintenant, elle devait faire un choix. Si elle restait ici, elle allait y passer. La langue du démon vint récupérer les gouttes de sang éparses le long de ses lèvres. Animal. Monstre. Démon. Les noms se mélangeaient dans l’esprit de Lyra.
Une seule solution pour qu’il n’arrive aucun plus grand mal à son frère. Toujours la même. Cette technique avait fait ses preuves depuis le temps. Courir.

Lyra s’élança en direction de la porte, l’unique sortie pour sortir de ce bureau. Elle enjamba le cadavre du vieux. Elle sentait que Lev était sur ses talons. Il était bien plus rapide qu’auparavant. Elle ne tiendrait pas longtemps. Jouer au chat et à la souris la perdrait.
Lev avait l’avantage de connaître parfaitement le terrain. C’était une première pour Lyra. Première fois qu’elle mettait les pieds dans sa demeure. Peut-être la dernière fois aussi. Elle traversait chacune des pièces, se remémorant l’itinéraire. Dans sa précipitation, elle tourna à droite au lieu de tourner à gauche. La cuisine au lieu d’arriver à l’extérieur. Trop tard pour s’élancer à nouveau. Elle ferma la porte et se retrouva dans cette immense pièce blanche totalement propre, on aurait pu manger sur le sol tant il n’y avait aucune poussière. À croire que la saleté craignait le maître de maison autant que la renégate le craignait enfant.
Elle tourna la clef dans la serrure. Verrouillée. Enfermée.
Elle se laissa tomber contre la porte.
Et maintenant ?

Il était là. Juste derrière. Elle n’avait jamais été très douée pour jouer à cache-cache. Il pouvait entrer à tout moment. Elle n’était pas duper, ce n’était pas cette mince porte en bois qui allait le retenir bien longtemps. Sa puissance avait décuplé lors de sa transformation. Son frère était devenu sauvage. À l’état de nature, il aurait sans doute tué plus d’un homme. Mais l’état de nature était loin derrière l’humanité. C’était la civilisation dans laquelle ils vivaient. La société. Une société où une sœur manipule son propre frère pour arriver à ses fins. Une société où un fils tue son propre père. Une société où chacun joue un autre jeu, où chacun porte un masque. Au fond, ce ne sont que des Lorenzaccio des temps modernes.

- Lev, par pitié, reprends-toi. Ça, c’est pas toi.

Comprenait-il au moins ce qu’elle disait ? Peut-être usait-elle sa salive pour rien. Son frère n’avait plus rien d’humain. Elle l’avait manipulé, comme tous les autres. Elle ne pensait pas que cela se terminerait ainsi. Elle avait cru que la mort du paternel la rendrait heureuse, que tous ses souvenirs aussi sombres soient-ils disparaîtraient en même temps que lui mais c’était faux. Voilà tout ce qui lui restait de cette sombre période, la seule chose qui ne s’effacerait jamais. Des souvenirs. Elle avait été bien naïve de croire le contraire.

- J’suis désolée Lev, gémit-elle. J’suis désolée, j’ai pas réfléchi. Tout ça… Tout ça, c’est ma faute. J’aurais pas dû te demander ça, j’aurais pas dû te demander de changer pour moi. T’avais pas à te salir les mains pour moi.

Clic. Elle venait d’allumer la lumière. Elle en avait assez de l’obscurité. Elle entendait les griffes du démon grattaient contre la porte. À tout moment, la barrière entre eux deux pouvait imploser en débris de bois. Alors là, elle serait une proie facile.

- Mais c’est que maintenant que j’le comprends. Au fond, j’avais bien raison le soir de nos retrouvailles. Tout c’que j’touche se transforme en merde. D’abord ta mort par ma faute et maintenant… ça.

Elle ramena ses genoux contre elle, les enserrant de ses bras, laissant toujours sa tête reposer contre la porte. Elle entendait le démon s’agiter. Une proie vivante se cachait dans cette pièce. Une proie qui deviendrait bientôt son gibier. Tous les chasseurs savent que la plus grande joie dans une partie de chasse est la traque. Traquer l’animal sans relâche avant de l’abattre enfin. La mort, le coup de feu final, n’était que le point final de cette course. Un point final bien terne comparé au plaisir de la chasse. Cette dernière porte à franchir et à son tour, Lev prendrait le nom de chasseur et mettrait un terme à cette traque. Fuir. Courir. Voilà tout ce qu’elle avait fait. Et maintenant, parler. Elle n’avait même pas essayé de se défendre. Blesser son frère qui ne se contrôlait plus parce qu’elle avait fait des erreurs ? Elle ne pouvait pas s’y résoudre. Pas pour le moment.

C’était un monologue que cette conversation. Elle n’attendait aucune réponse, elle disait juste ce qu’elle avait sur le cœur. Elle doutait de réussir à calmer le garçon. Il était dans une telle fureur que rien ne semblait pouvoir l’apaiser. Mais elle essayait. Qui ne tente rien n’a rien. Et même s’il s’avère qu’elle est dans le faux, peu importe.

- Tu sais quoi ? T’as toutes les raisons de m’en vouloir. C’est dégueulasse c’que j’ai fait. T’as eu beau dire que tu m’en voulais pas pour ta mort, j’vois bien maintenant que c’était faux. Suffit d’voir avec quelle rage tu t’acharnes contre c’te pauvre porte. Si vraiment ça t’étais égal, tu s’rais pas dans cet état.

La porte allait bien finir par s’ouvrir à force. Inutile de torturer plus longtemps ce pauvre bois qui a donné sa vie pour offrir du confort à un salaud sadique satanique.
La clef tourna à nouveau, dans l’autre sens. Voilà. C’était ouvert. Il ne restait plus qu’à abaisser la poignée.

- Voilà. C’est plus la peine de t’en prendre à la porte. Pis ce s’ra plus facile pour entrer, aussi.

Lyra, pauvre folle. Difficile de savoir ce qu’elle avait en tête. Vu sa mine triste, il faut croire à rien. Mais laisser la voie libre à un tueur n’était pas la solution. Etait-elle tout simplement idiote ou inconsciente ? Mourir n’arrangerait rien. Il était encore temps de refermer à clef cette porte en lambeaux et d’aller vraiment se cacher pour échapper à la colère de Lev. Mais rien. Elle ne bougeait pas. Elle attendait seulement.

- J’ai pas envie de t’faire du mal. Alors… m’y oblige pas. S’il te plait.

Du mal, elle lui en avait déjà fait assez. Voilà quelle était son œuvre. Transformer son frère en monstre. De quoi rendre jalouse Mary Shelley.
Si encore elle pouvait s’épargner de blesser son frère lors d’un combat, alors elle n’aurait pas tout perdu. Alors elle pourrait encore se regarder dans une glace. Mais il y a des blessures invisibles à l’œil nu qui font bien plus de mal que les cicatrices, que cette entaille que Lyra possède au bras. La peau était maculée de rouge.
La demoiselle enfouit sa tête dans ses bras, chassant les larmes qui la gagnaient peu à peu. Au fond, était-ce vraiment Lev le monstre ?

Cette nuit, rien ne s’était passé comme prévu. Devait-elle vraiment prouver à son frère qu’elle méritait réellement le statut de renégat en le blessant, pour sauver sa propre vie ?

- Si tu es vraiment humain et non pas c’te bête sauvage que j’ai vue tout à l’heure, si l’humanité que j’connaissais en toi et à laquelle j’ai toujours cru est toujours là, alors va-t-en. Mais si…

Elle relève la tête. Déterminée. Le temps des pleurs est passé. La situation était grave, elle ne pouvait plus se morfondre pendant que son frère perdait le contrôle de lui-même. Elle déglutit. Elle n’aime pas ce qu’elle va dire. Elle ose croire que c’est faux, qu’il va partir. Mais elle doutait.

- Mais si t’es vraiment qu’un monstre avide de sang et de meurtre alors viens, j’t’attends !

Il faut parler à un animal comme à un animal. Voilà pourquoi elle avait haussé le ton. Gémir, se plaindre, ce n’était pas elle. Maintenant, il ne restait plus qu’à attendre. Et à prier.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Sam 29 Juin 2013 - 22:11

    La peur. Ce sentiment détestable qui apparaît quand on ne contrôle plus rien. Ce sentiment qui fait apparaître cette boule au ventre qui reste des heures et des heures. Ce sentiment qui vous montre si faible. Ce sentiment qui prend toujours le dessus sur vous. Voilà ce que ressentait Lyra à ce moment-là et elle avait bien raison d'avoir peur. Elle fuyait. Que pouvait-elle faire d'autre ? Si elle restait son frère n'aurait aucune pitié et découperait celle-ci en mille morceaux. Oui, il avait perdu le contrôle de lui-même, laissant son instinct de monstre le guider. Là on ne parle plus de démon mais de monstre. D'un être cruel qui tue tout ce qui bouge. Elle fuyait, cherchant à sortir indemne de la maison. Lev la pourchassait. L'envie de continuer à tuer était là, tuer encore et encore. N'était-ce pas elle qui l'avait cherché ? On ne récolte que ce que l'on sème, alors pourquoi fuir ? Pour survivre. Elle était déjà morte une fois et vu la colère de Lev, le démon était capable de la tuer une seconde fois. Aucune pitié. Juste tuer. Son aura devenait menaçante, son apparence faisait peur, il n'était plus là. Son corps physique était là, sans plus. Le Lev tout gentil, tout mignon avec tout le monde, le Lev serviable qui aide son prochain avait disparu. Il ne s'était pas éteint, il laissait juste ses pulsions prendre le dessus. Depuis le temps qu'il attendait ça. Sauf qu'il allait trop loin et ne s'en rendait pas compte. Lev n'allait pas oublié ce qu'il avait fait cette nuit-là, il allait regretter d'avoir sauté sur sa sœur comme une bête. Une chose était sûre : il n'allait pas oublié ce regard de peur. Lyra sortit par la seule issue, Lev suivit. Elle réussit à s'enfermer dans une pièce et ce de justesse.

    Lev griffait la porte quitte à saigner. Pourquoi elle s'enfermait ?! Pourquoi ne pas assumer ce qu'elle venait de faire ?! Lâche ! Lev s'énervait encore contre la pauvre porte, il griffait et griffait. Il voulait lui crier d'ouvrir la porte, il était comme une bête furieuse, une bête sans sentiment. Elle le suppliait. Ce n'était pas lui ? Mais qui était-il réellement ? Qui connaît vraiment Lev ? Qui tient compte de ses sentiments ? Personne ! Même Lyra aurait du savoir tout ça, elle aurait du savoir dans quelle rage folle pouvait entrer le garçon s'il tuait son père. Non, aucune pitié, tu ne le mérites pas. Il avait fait ça pour eux deux. En une nuit il perdit deux proches. C'était trop de tristesse, trop de pertes et qui pour en tenir compte ? Personne ! Toujours à regarder ses propres soucis, toujours à se servir des autres pour son propre intérêt maintenant c'était à son tour de payer et pour de bon. Pour que tout s'arrête il devait le faire, il en était convaincu. Mais ouvre cette porte putin ! En plus elle s'excusait. Mais qu'est-ce que ça change ? Rien du tout ! Tout était encré dans sa mémoire maintenant. Il avait les mains sales et s'excuser n'allait pas changer grand chose. Quand on casse une assiette et qu'on s'excuse, rien ne change, l'assiette est toujours brisée en mille morceaux, c'était pareil pour le cœur et l'âme du démon qui avait perdu la tête. Elle avait peur, ça il l'entendait et ça le poussait à griffer encore la porte. Elle gémissait, elle avait peur et ça excitait le démon.

    - Mais c’est que maintenant que j’le comprends. Au fond, j’avais bien raison le soir de nos retrouvailles. Tout c’que j’touche se transforme en merde. D’abord ta mort par ma faute et maintenant… ça.

    Griffe, griffe, griffe ! Ouvre-toi sale porte ! Ouvre-toi !! Et elle continua son monologue. Arrêtes-toi de parler et ouvre au lieu d'avoir peur ! Assumes un peu ce que tu viens de faire, regarde ce vous avez engendrés avec cet homme mort. Un monstre aussi dégueulasse que le diable. Un monstre qui saigne au fond de lui. Clic. La porte est déverrouillée ? Et bien, t'en as du courage quand tu le veux !

    - Si tu es vraiment humain et non pas c’te bête sauvage que j’ai vue tout à l’heure, si l’humanité que j’connaissais en toi et à laquelle j’ai toujours cru est toujours là, alors va-t-en. Mais si…

    Lev se figea. Une bête sauvage ? Lev arrêta de griffer la porte. Stop, t'es allé trop loin. Il reprit enfin ses esprits et sortit de la maison à pas de loup. Il était allé trop loin. Pardon. Pardon Lyra. Il ne voulait pas s'en prendre à toi. Pardon. Sauf que s'excuser n'allait rien changer, encore une fois. Est-ce que cette fois il allait la perdre pour mieux la retrouver ou bien la perdre pour toujours ?
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Dim 30 Juin 2013 - 11:41
Non mais franchement, enfoncez cette putain de porte n’aurait pas été plus rapide que de la griffer à la manière d’un chaton ? Calme, calme, calme. Les battements du cœur de Lyra continuaient de s’emballer. Viendrait un moment où Lev retrouverait la raison. Elle en était persuadée. Elle était sans armes dans cette cuisine blanche. Se verrait-elle repeindre en rouge sous peu ? La Russe ne l’espérait pas. Elle ne se rendrait pas sans combattre. Quitte à blesser son frère, elle le ferait. Si la douleur est la seule manière de le rendre conscient de ses actes, elle le ferait. Avec beaucoup de difficultés, mais elle le ferait.
Elle se tut. À quoi bon continuer de parler ? Elle avait déjà tout dit. Il n’y avait plus rien à faire désormais. Si ce n’est attendre.

Les griffures cessèrent. Lyra sursauta. Ce silence était aussi angoissant que le bruit. Même plus. Elle s’attendait à voir la poignée de la porte s’abaisser. Après tout, peut-être avait-il retrouvé un semblant d’intelligence et comprit que la porte était déverrouillée ? Allez venez milord, tuer cette renégate. Mais rien. Personne n’entra.

- Le… Lev ?

Mais le silence lui répondit. Il n’était plus là. Il était parti. Il avait finalement repris ses esprits. Aucun mal ne lui serait fait. Il n’avait pas choisi la voie de la vengeance. Il aurait pu. Il se serait totalement perdu, aurait regretté mais aurait pu. Mais il ne l’avait pas fait. Son humanité avait repris le dessus. Le sang l’avait transformé et à force de paroles, Lyra avait su le ramener à la raison. Une petite victoire.

Elle se releva et ouvrit la porte, constatant les dégâts. Oui, une vraie bête sauvage s’était acharnée sur le bois. Elle effleura les taillades, comprenant que son corps aurait pu être à la place de cette porte. Ce n’était pas des ongles mais des griffes. Les mots qu’elle avait utilisés n’étaient pas exagérés. Il n’était pas bon de jouer avec les forces de la nature. Il n’était pas bon de jouer avec les sentiments d’autrui. Lyra en avait fait les frais ce soir. Une bonne leçon qu’elle venait de recevoir. Arrêtera-t-elle pour autant ? Lev était son frère. Elle n’en avait qu’un. À quoi bon le perdre ? La solitude ne lui seyait pas, elle le savait. Qui sait de quelles folies elle serait capable alors ?

Elle sortit de la baraque à son tour, comprenant que Lev avait déjà fait de même. Personne dans les rues. Il était déjà loin.
Un triste bilan que cette visite. Mais à quoi s’attendait-elle donc ? Elle aurait pu espérer que les retrouvailles avec Agata se passent bien mieux. Mais non. Agata avait sauté. Elle avait été franche et Agata s’était suicidée, emportant avec elle les paroles de la vipère et le visage d’ange de Lev. Elle n’avait fait que semer la mort. Bonjour Agata. Adieu Agata. Il en était de même avec le père de Lev. Elle ne l’avait pas tué de ses mains mais c’était tout comme. N’était-ce pas elle qui avait orchestré cette mise à mort ? Maintenant, il fallait qu’elle assume. Lev en bon mouton n’avait fait que l’écouter. Ce voyage, elle s’en souviendrait. Si elle venait un jour à lire le bouquin de Céline – ce dont je doute – elle comprendrait immédiatement le pourquoi du titre. Ne venait-elle pas de découvrir toute la noirceur de son âme ?
♦ Rose ou chou ? : Ma foi... Rose je pense bien.
♦ Combien de rides ? : 25
♠ Petits messages : 6659

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expériences :
7030/6000  (7030/6000)
Votre domaine: Le Sacrifice
avatar

Spectre omniprésent
Spectre omniprésent
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Mer 3 Juil 2013 - 21:57

J'ai été aussi étonnée de voir Lev grattouiller la porte au lieu de la défoncer :o ç'aurait été plus rapide comme mort, une nuque brisée Bref, joli rp, sombre et prenant (surtout pour quelqu'un d'aussi objectif que je suis /PAN/), bien joué vous deux.

Lyra : 730 xps
Lev : 720 xps

Xps attribués : Oui



Cadeau d'anniversaire de Yanichou:
 

Contenu sponsorisé
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] -
Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé]
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Port des deux dimensions-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page