Chapitre en cours :
Entre Mortels et Immortels, la guerre est déclarée. Trois mois après la chute d'Isanagi et du Golem de Pierre, la tension ne fait qu'accroître. Encore une fois, l'ennemi saura surprendre. Encore une fois, les futures divinités devront se montrer à la hauteur, et les humains, plus unis que jamais.


École des dieux RPG


Forum RPG
 

 

 Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé]

 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
avatar
Invité
Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Mer 20 Mar 2013 - 18:14
[Suite de ce rp]


« I remember when
We used to laugh
And now I wish those nights would last »


Les deux ombres se faufilaient à travers les couloirs, prenant garde aux faisceaux de lumière errant non loin. Des repentis venaient faire quelques rondes pour veiller à ce que les élèves soient bien au chaud sous leurs couvertures. Lyra n’avait aucune peine à imaginer le nombre d’apprentis dehors, à braver le couvre-feu. Cette nuit, Lev serait des leurs.
Depuis qu’ils étaient sortis de la chambre, Lyra était passée devant, sachant dès lors où se rendre : au port des deux dimensions. Elle ignorait si Lev connaissait l’endroit alors mieux valait prendre la suite des opérations. De nuit, il était facile de se perdre dans ces dédales.

Tout en marchant, la Russe veillait à ce qu’il n’y ait personne dans les environs. D’une part, elle n’avait pas le droit d’être là. Si elle se faisait attraper… Mieux valait ne pas y songer. Elle avait bien su venir jusque dans la chambre de son frère alors faire le chemin inverse serait un jeu d’enfant.
Elle se souvenait parfaitement du port. Des dizaines de bateaux entassés au quai, attendant de nouveaux apprentis pour les débarquer dans le monde des humains. Il y en avait tant. Elle se souvenait de ces paquebots imposant ainsi que de ces voiliers. Mais sortir de l’académie avec l’un de ces monstres risquait d’être difficile et délicat ; d’une part elle ne savait pas comment un tel titan se manœuvrait, de l’autre c’était peu discret. Et en cette nuit de pleine lune, la discrétion était leur carte maîtresse. Ils ne pouvaient pas se permettre de la gaspiller inutilement.

Dans un sens, heureusement qu’il faisait nuit, au moins l’attitude de Lyra quant à sa phobie de croiser quelqu’un n’était pas suspecte. Elle devait évoquer le moins d’interrogations possibles de la part de Lev. Il fallait qu’il croit qu’elle continue de travailler ici, comme l’ancienne repentie qu’elle s’efforçait d’être en sa compagnie. Un double jeu. Cela allait la coûter mais qu’importe, elle ferait tout pour éviter de le faire souffrir inutilement. Etrangement, elle n’avait pas honte de se servir ainsi de lui pour parvenir à ses fins. Sans doute comprenait-elle qu’en plus d’être une bonne chose pour elle, cela ne pourrait que l’aider à mieux accepter sa vie de nouveau mort parmi les dieux. Lui aussi avait besoin de se défaire de son passé. Il ne restait plus que son père qui empêchait Lev d’être heureux. Non pas d’oublier totalement mais de refouler ces horreurs dans un coin de sa mémoire où il y songerait à peine. Seul le visage de Lyra lui rappellerait son passé. Même ça, c’était de trop. Mais difficile de faire plus.

Ils arrivèrent enfin au port. Comme prévu, nombre de bateaux reposaient ici. L’endroit était désert. Etrange. Lyra avait cru que l’endroit serait gardé mais il faut croire que non. Les professeurs semblaient être libre d’aller où bon leur semble quand bon leur semble.
Elle avisa la première barque. Elle n’était jamais montée là-dessus. Ramer ? Un verbe de plus à ajouter à son vocabulaire ! Ce ne devait pas être si complique que cela, du moins l’espérait-elle. Elle pointa du doigt le bateau en bois et murmura :

- Vaut mieux pas que t'ais l’mal de mer car c’est l’seul moyen existant pour passer de l’académie au monde des humains.

Le seul ? Faux. Il y avait bien un autre moyen mais hors de question que Lev apprenne l’existence du passage secret reliant l’académie à la guilde noire. Personne n’était au courant, hormis les renégats. De plus, voir ce garçon déambuler dans les allées quasi désertes de la guilde noire aurait été davantage suspicieux que Lyra parmi ce flot de gens incessant – même de nuit.
Après tout, elle n’était pas encore prête à lui avouer la vérité quant à sa véritable place dans ce monde après la vie. Elle avait trahi Deus. Comment Lev réagirait-il face à une telle annonce, lui qui semblait heureux d’avoir cette nouvelle vie, juste pour pouvoir contempler les beaux yeux de la Russe ? Elle y réfléchirait en temps voulu.

Elle prit place dans la barque. À tout moment, le rafiot risquait de se renverser, déversant son contenu dans l’océan. Elle n’avait aucune envie de rejoindre les poissons. Elle attendit que Lev ait pris place à son tour avant de lui tendre les rames.

- Tu sais ramer, j’espère ! T’façon, j’suis sûre que c’est pas si compliqué que ça !

Lev avait une bien plus grande expérience du monde qu’elle-même. Elle, confinée entre quatre murs pendant dix ans, avait vu la mer pour la première fois ici. Lev, lui, avait pu vivre. Sans doute avait-il déjà pris le bateau et peut-être ramé à travers les océans ? Au pire, si vraiment il en avait besoin, elle pourrait toujours lui donner un coup de main. Elle ne savait pas trop ce qu’elle pourrait faire avec une rame entre les mains – hormis s’en servir comme arme – mais elle apprendrait.


Dernière édition par Lyra Vilkas le Dim 30 Juin 2013 - 11:42, édité 1 fois
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Mer 1 Mai 2013 - 19:56
    Quel enfant stupide ! Comment pouvait-il, Lev, vouloir tuer son paternel ? La chose la plus scandaleuse est le fait qu'il en ait juste l'envie ou parce qu'une fille l'avait pousser à assouvir son envie de vengeance ? Pour dire franchement, les deux options sont aussi douteuses l'une que l'autre. Pourtant ils étaient là, encore ensemble, à courir dans les couloirs de l'académie. Lev avait dépassé le couvre-feu, chose assez habituelle pour lui, mais il y allait pour tuer : chose à laquelle il n'avait jamais songé. C'était une expérience assez excitante à elle seule. Combien de fois en avait-il rêvé ? Il n'aurait jamais penser que ça deviendrait réel, n'est-ce pas qu'un simple rêve ?

    Lev ne connaissait pas vraiment les alentours de l'académie. Toujours à la cantine ou dans son lit, il n'avait pas vraiment eut le temps de visiter les environs. Il voyait pour la première fois l'endroit qui pouvait l'aider à aller au monde des vivants. Il n'avait cependant aucune hésitation, pourquoi ne pas se venger, lui rendre la monnaie de sa pièce ? Combien de fois l'avait-il battu uniquement parce qu'il appréciait Lyra ? Il la suivait comme un bon petit toutou afin de ne pas se perdre et aussi parce qu'elle seule savait comment on changeait de monde. Ils allaient vite, c'est comme s'ils étaient pressés. Pressés de tuer ou de voir Agata, dans le cas du démon ? Sans doute la seconde option car il faut avouer qu'il appréhendait ce qui allait se passer. Mais il ne faut jamais oublier que même le plus gentil des démons peut être un monstre et faire des ravages à lui seul, un démon reste un démon. Ce sont ces êtres sans queue ni tête qui attaquent tout ce qui bouge, Lev ne faisait pas exception à la règle, ce n'est pas un ange pur. Lev est un ange noir.

    - Vaut mieux pas que t'ais l’mal de mer car c’est l’seul moyen existant pour passer de l’académie au monde des humains.

    Elle lui montra une barque en bois. Lev haussa les épaules, il n'avait pas le mal de mer. Il monta sur le petit bateau et la jeune fille fit de même. Elle lui tendit les rames, chose qui n'étonnait pas le garçon. À chaque fois qu'elle n'avait pas envie de faire quelque chose elle le faisait faire au démon. Elle n'avait pas envie, ou ne savait pas ramer alors c'était à lui de le faire, naturellement. Le garçon les prit silencieusement.

    - Tu sais ramer, j’espère ! T’façon, j’suis sûre que c’est pas si compliqué que ça !

    Lyra n'avait jamais ramé de sa vie, normal quand on passe son temps entre quatre murs non ? Mais Lev avait beau avoir voyagé dans son passé, il n'avait jamais ramé lui non plus. Il n'avait aucun expérience en ce domaine, mais comme Lyra venait de le dire : c'est pas si compliqué que ça ! Le garçon rama donc, du moins il essayait. Ils avaient faillit tomber dans l'eau à plusieurs reprises mais heureusement pour eux le démon rattrapait son coup aux derniers moments. Il soupira, il trouvait ça agaçant mais il le faisait sans vraiment savoir où ils allaient atterrir.

    - C'est loin ?

    Et il continua la rame, attendant les indications de sa soeur. Il se posait des de questions, appréhendant le futur. Allait-il pouvoir faire cela ? Il pensait que oui après tout Lyra était bien derrière lui, c'est elle qui le poussait à un telle monstruosité. Tuer son père . Ca arrivait, on pouvait en entendre tous les jours dans le monde des humains, mais allait-on entendre parler d'un démon descendu du ciel pour se venger de son bourreau ? En tout cas ils ne pourraient jamais trouvé qui a fait ce genre de chose. Et il eut aussi une pensée pour Agata. Aurait-elle apprécier que Lev fasse ce genre de chose ? Sans doute pas, elle aurait même peur qu'il la tue : c'était la raison pourquoi il n'allait pas lui dire. Elle lui manquait et il était enfin heureux de pouvoir la revoir. Il continua à ramer, il ne se rendait même pas compte qu'ils venaient de taper contre un mur. Quand il se réveilla enfin il arrêta de ramer et regarda ce qui posait soucis : la terre humaine. Lev monta sur ce mur et tendit la main à Lyra pour l'aider à monter à son tour.

    - Laissons la barque ici, on reviendra la chercher plus tard !

Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Dim 12 Mai 2013 - 16:57
La barque ne cessait de tanguer, manquant de faire chavirer les deux moussaillons par dessus bord. Non, Lev ne savait pas ramer. Sa conduite du bateau en était la preuve. Ils allaient bientôt finir au fond de l’océan, à nourrir les poissons si le démon continuait ainsi.
La terre n’était plus si loin. Lyra fit non de la tête pour répondre à la question de son frère. À ce rythme, ils ne devraient plus tarder. Ils n’avaient cessé de virer à droite ou à gauche, déviant de leur direction initiale. Heureusement, le brun se reprenait toujours au final.

Ils furent accueillis par un muret. Lev fut le premier à mettre un pied à terre, bientôt suivi par la demoiselle. Lyra attacha la barque à un poteau. La retrouver plus tard, certes, mais encore fallait-il qu’elle n’ait pas disparu d’ici là. Au moins la corde éviterait que les remous ne l’emporteraient au loin, les laissant ici, sans moyen de rentrer. Du moins pour Lev. Lyra retrouverait le chemin de la guilde noire alors que son aîné prendrait celui de l’académie. Ah que de mensonges entre eux deux !

- Notre bonne vieille Russie ! V’là longtemps que j’y avais pas mis les pieds. Et j’m’en portais pas plus mal.

À vrai dire, elle ne connaissait que peu la Russie. Elle avait passé son adolescence au même endroit. La seule ville qui lui était familière était Saint-Pétersbourg, cité de son enfance. Et encore, elle n’y avait vécu que jusqu’à ses six ans, ses souvenirs étaient donc flous. Des souvenirs de môme.

- J’propose qu’on aille voir Agata en premier. C’est que j’suis curieuse de voir à quoi elle ressemble ! Toi tu lui as parlé tant de fois d’moi et tu m’as tant parlé d’elle… Mais au fond, on s’connaît même pas ! J’sens que ça va être sympa, ces retrouvailles !

Parlait-elle des retrouvailles entre Agata et Lev ou était-ce une allusion à sa rencontre future avec le père du démon ? Dans les deux cas, cela promettait de rester gravé dans la mémoire de chacun. Leur quête nocturne n’était pas anodine. Tuer. Voilà le réel motif de leur escapade placée sous le signe de la lune. Elle espérait que revoir son amie d’enfance mettrait du baume au cœur de Lev. Une touche d’adrénaline nécessaire pour commettre un meurtre. Celui de son père. Lyra serait bientôt vengée. Bientôt, le bourreau de son enfance perdrait la vie. Tué par son propre fils. Un cas d’école que celui d’Œdipe !
Ils marchèrent côté à côté, laissant le silence se frayer une place entre eux deux. À quoi bon parler un en tel instant ? Le garçon devait déjà se projeter dans l’avenir, réfléchissant à l’horreur qu’il allait commettre. Ce serait sans doute une première pour lui. La russe ne pouvait pas l’en blâmer. Elle n’arrivait toujours pas à comprendre comment elle avait pu le convaincre d’entreprendre une telle chose. Il faut croire qu’elle s’avérait meilleure comédienne que ce qu’elle n’avait cru.

- Par contre, j’sais pas où qu’elle crèche, ton Agata ! J’espère que tu t’en souviens, pas trop envie de d’mander à l’un d’ces poivrots.

La Russie, le berceau de la vodka. Il y en avait pas mal qui se tenaient par la main, chantant des chansons paillardes que les deux adolescents n’avaient aucun mal à comprendre. Ils parlaient tous deux cette langue. Cela sifflait aux oreilles, les écorchait, les faisait vibrer, les tailler en pièces. Leurs voix était à la hauteur des paroles. Pitoyables. Il y a des jours où la surdité était un mal envié.

Des débris de verres jonchaient le sol. Lyra fit la moue. Elle n’avait pas pensé qu’Agata vivait dans un lieu aussi pittoresque. Agata avait toujours représenté pour elle tout ce qu’elle n’était pas. Elle l’avait idéalisée, la prenait pour modèle parfois. Elle était à mille lieux de la réalité avec ses fantasmes de gamine. Ce n’était que maintenant qu’elle comprenait son erreur. Elle l’avait imaginée l’égal même d’une princesse, pourrie gâtée, choyée par la vie, loin de ces trous à rats. Parlant de rats, il y en avait quelques uns courant entre les jambes du duo. La renégate en envoya un valser, d’un coup de pied bien placé.

- J’n’aime pas la vermine.

Malheureusement pour elle, elle risquait de ne trouver que ça, dans les environs. Il allait falloir s’en satisfaire. Faire avec. Les couinements de ces animaux ne cessaient de l’agacer au plus haut point. Elle attrapa la main de Lev, par réflexe. Par instinct aussi.

- J’te suis. T’as pas intérêt à nous paumer dans c’merdier.

Ils étaient loin du conte de fées, du château ambulant, des fées penchées sur un berceau en satin. Ils étaient loin du merveilleux. Le pire semblait avoir trouvé sa place ici. Pauvre Agata. Lyra connaissait à peine la réalité de son pays, la misère qui y planait en permanence. Elle avait vécu au même lieu pendant trop longtemps, avait cru que c’était là le seul Enfer terrestre. Elle s’était trompée. Il y avait des places qui s’y rapprochaient. Mais au moins pouvaient-ils espérer de jours meilleurs et quitter à tout moment ces rues sordides. Elle non.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Dim 12 Mai 2013 - 18:12
    - Notre bonne vieille Russie ! V’là longtemps que j’y avais pas mis les pieds. Et j’m’en portais pas plus mal.

    Ils étaient enfin là, en Russie, dans leur pays d'origine, dans ce pays qui les a tant fait souffrir autant l'un que l'autre : la seule chose qui changeait était la façon dont ils ont étés torturés. Ils étaient là pour un moment, encore pour souffrir ? Non, cette fois ils venaient se venger tous les deux. Le démon avait accepter d'accomplir cette vengeance en écoutant les mensonges de sa soeur, il ne savait pas comment tout cela allait se passer et appréhendait : jamais il n'avait tué de sa vie. Il ne savait pas ce que l'on pouvait ressentir après un tel geste, surtout il devait tuer son bourreau, cet homme qui c'était bien occupé de lui : son père. Ils étaient là, en train de marcher dans la rue, quand Lyra coupa le démon de ses rêveries.

    - J’propose qu’on aille voir Agata en premier. C’est que j’suis curieuse de voir à quoi elle ressemble ! Toi tu lui as parlé tant de fois d’moi et tu m’as tant parlé d’elle… Mais au fond, on s’connaît même pas ! J’sens que ça va être sympa, ces retrouvailles !

    Le garçon hocha la tête pour lui montrer qu'il était d'accord. Il songea enfin à Agata. Qu'est-ce qu'elle devenait maintenant ? Est-ce qu'elle allait bien ? Est-elle heureuse actuellement ? Tant de questions sans réponse ! Pourtant il allait tout voir de ses propres yeux dorés.

    - Par contre, j’sais pas où qu’elle crèche, ton Agata ! J’espère que tu t’en souviens, pas trop envie de d’mander à l’un d’ces poivrots.
    Hmm ...

    Elle parlait des alcooliques qui chantaient et dansaient dans la rue. Lev eut pitié en les voyant ainsi, inconscients en train de rigoler alors que chez eux quelqu'un doit se faire un sang d'encre. Le démon avait bien envie d'aller les voir pour les gifler chacun leur tour afin de leur crier "Mais qu'est-ce vous vous foutez ?! C'est pas ça profiter d'la vie !". Mais il ne pouvait pas. Qui était-il pour leur faire la morale ? Personne. Ils n'avaient aucuns liens, Lev espérait ne jamais en avoir. Lyra mit un coup aux rats qui grouillaient dans la rue puis prit la main du démon, d'ailleurs celui-ci n'écoutait même plus ce qu'elle disait. Il essayait de se souvenir où son amie logeait : une fois à droite et trois fois à gauche. Ils y étaient. Sans lâcher la main de sa soeur, Lev se leva sur la pointe des pieds et observa par la fenêtre : personne. Heureusement elle avait sa petite maison à elle, petite et mal placée. Qui aimerait vivre pas loin d'un bar dans un vieux quartier ? Apparemment Agata avait des soucis d'argent.

    - Elle n'est pas là. Allons voir au pont, c'est là qu'elle se pose quand elle déprime.

    Toujours main dans la main avec Lyra. Il s'avança : le pont n'est pas très loin. Le démon entendit un hurlement, il se mit à courir emportant avec lui sa soeur. Agata. Elle était là. Les cheveux mal peignés, le maquillage qui coule, les larmes aux yeux. Lev la voyait de loin mais il faisait trop noir : elle ne pouvait pas le voir. Et les hurlements continuaient, Lev lui avait toujours conseiller d'extérioriser sa peine et c'est ce qu'elle faisait. Lev lâcha la main de Lyra et couru encore plus vite. Il attrapa la bras de la blonde de la tirer contre lui. La jeune femme n'en revenait pas et avait arrêté de crier.

    - Lev ?! Tu ... Lev !!

    Elle cria et se jeta à son cou. Le démon ne répondit pas immédiatement à son câlin, cherchant Lyra des yeux. Quand il la vit s'approcher, Lev caressa les cheveux blonds d'Agata qui pleurait de joie cette fois. Elle serrait tellement fort que Lev avait du mal à respirer, mais il ne lui en voulait pas.

    - Comment ça s'fait que tu ... tu sois là, devant moi, en chair et en os en plus !
    - C'est compliqué Agata ne cherche pas à savoir, s'il te plait ...

    Suite à cela le démon serra davantage la fille dans ses bras. Il sentit son odeur qui lui avait tant manqué, caressa ses cheveux qui étaient encore si doux et profitait de chaque secondes près d'elle, car il savait qu'après cette visite il serait très mal. Agata resta dans les bras de Lev et tourna la tête, elle vit enfin Lyra.

    - C'est elle, Lyra ?
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Jeu 16 Mai 2013 - 19:43
«Take me from the darkness that I feel,
Cause I just wanna be free »


C’était une drôle d’image que cette princesse penchée au-dessus du vide. Elle jouait les funambules, dans un sale état, les pupilles dilatées. Sa chevelure blonde aurait pu faire d’elle une princesse. Malheureusement, cette même crinière était en piteux état, les mèches abîmées, les pointes fourchues, le tout emmêlé en un amas blond, un fagot de paille attaché non pas avec une ficelle mais un élastique, lui aussi usé. L’hygiène n’était pas là ou du moins n’était plus, ce n’était plus qu’un lointain souvenir pour elle. Elle hurlait à s’en briser les cordes vocales, telle une louve solitaire, loin de la meute, en cette nuit sans lune. La lumière leur faisait défaut, les yeux de Lyra s’étaient acclimatés à ces ténèbres qu’elle côtoyait du soir au matin. Ils étaient son quotidien.

Lyra était là, observant cette scène surréaliste qui se jouait sous ses yeux. Lev l’avait quittée, s’élançant auprès de sa belle, l’étreignant doucement, l’éloignant du vide, danger naturel prêt à l’aspirer à tout moment. La demoiselle les rejoint, ne les laissant pas profiter de ces embrassades furtives, préférant de loin assister à la mise à mort du vieux, joute bien plus intéressante, que cette étreinte qui la répugnait. Jalouse ? Non, inutile de s’y méprendre. Elle savait depuis longtemps que Lev ne lui appartenait pas, elle l’avait connu tard. Qui plus est, elle avait le sens du partage.
Elle aurait bien aimé partir, se sentant de trop dans ces retrouvailles. Elle n’était pas à sa place ici. La belle princesse n’était pas tel qu’elle se l’était imaginée. Déception. Cette blonde l’avait tant fait rêver qu’elle aurait apprécier davantage de dignité de sa part, plus de beauté aussi, une fille présentable, loin, de l’univers que Lyra connaissait. Mais non, aucun effort de ce côté-ci. Les yeux rougis, elle avait tant pleuré. Vivre dans un tel quartier était une raison suffisante pour extérioriser la peine. À nouveau des perles roulèrent le long de ses joues, de joie d’avoir retrouvé Lev cette fois-ci. Un sourire l’embrasa. Elle n’était pas si laide que ça lorsque son visage s’illuminait de bonheur.

- C'est elle, Lyra ?

Le ton avait changé. D’enjoué à l’idée de retrouver Lev, la voilà devenue soudainement glaciale. C’était la première fois qu’elle la rencontrait et voilà que l’autre la détestait déjà. En matière de se faire des ennemis, elle s’améliorait de jour en jour. Elle n’avait pas même ouvert la bouche que l’autre la fusillait du regard. Calmer le jeu ou souffler sur ces braises pour laisser le brasier crépiter doucement pour brûler soudainement ensuite ? Que c’était tentant.

- Ouais, c’est moi. Un problème ? J’corresponds p’têt pas à l’idée que tu t’faisais d’moi… Remarque toi non plus, si ça peut t’réconforter.

Difficile de rester calme en de telles circonstances. Parfois, les mots pouvaient être plus blessants que les armes. En parlant d’armes, rien ne la retenait de sortir son poignard et d’apprendre le respect à cette sale pimbêche ! Elles avaient peut-être le même âge mais ce n’était pas une raison pour avoir un tel ton en sa compagnie. Inutile de s’énerver pour si peu. Son tour viendrait un jour ou l’autre. Avec un peu de chance, elle ne ferait pas partie des élus de Deus et ne ressusciterait pas à l’académie. Si tel était le cas, elle s’occuperait personnellement d’elle. Pauvre Lev.
Lyra s’approcha de la blonde. Elle empestait l’alcool. À croire qu’elle s’était descendue plusieurs bouteilles de vodka à elle seule. Juste envie de la gifler pour son comportement irresponsable. C’était elle, la grande amie de son frère ? Une drôle d’amie. Un sacré numéro que cette garce.

- T’empestes la boisson ! Tu sais pas qu’il faut s’laver avec de l’eau et non pas avec d’la vodka, idiote !

Un véritable déchet que cette demoiselle. Elle aurait pu avoir tout pour réussir, la vie lui tendait les bras mais cette idiote préférait se saouler avec ce qui lui tombait sous la main. Des débris de bouteilles étaient près du pont, certains morceaux manquaient d’érafler les pieds de la demoiselle nue pieds. Ignorait-elle que la bienséance voulait qu’elle porte des chaussures ? Encore plus mal élevée que Lyra. Elle n’était juste pas dans son état normal. Toujours est-il que la renégate ne l’appréciait pas beaucoup. Une sale première impression.
Impossible d’expliquer sa venue ici, si près du vide. Avait-elle l’intention de se suicider ? Vu l’état lamentable dans laquelle les deux amis l’avaient retrouvée, ce n’était pas impossible. La Russe pouvait la pousser du haut du pont, si cela pouvait lui faire plaisir. Au moins serait-elle débarrassée de cette drôle de fille.

Mais elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas faire ça à Lev. Elle exigeait déjà beaucoup de lui. Il fallait que pour une fois, elle réagisse comme une humaine, avec les mêmes états d’âme, les mêmes émotions, le même comportement. Pour ne pas éveiller les soupçons. Pour ne pas faillir. Pas devant son frère. Pas devant Lev.

- Allez viens, on va s’occuper de toi, lui affirma-t-elle en russe. Une princesse de ton rang ne devrait pas être dans un tel état ! Mais regarde toi, nom d’un chien ! Tu fais peur à voir ! Aussi effrayante qu’un fantôme hantant l’un d’ces châteaux d’Ecosse !

Lyra lui tendit une main. Voyant que l’autre ne réagit pas, elle la saisit. Sa paume fut vite dégagée, Agata ne souhaitant aucun contact avec elle. Elle hurla à nouveau. C’était pas gagné. Si chacune de ses interventions étaient récompensées par des pleurs ou des cris, elle risquait d’avoir du mal à s’en faire une alliée. Ou du moins à ne pas la détester. Elle lâche un long soupir. Au fond, c’était inutile d’essayer. Pourquoi se donner tant de mal pour elle ? Cette chienne resterait toujours une chienne, juste bonne à ronger les os que d’autres accepteront de lui jeter. Alors qu’elle pourrisse dans sa merde, si tel est son désir. Mais qu’elle ne vienne pas pleurer ensuite.

- J’vois que tu m’apprécies pas des masses… C’est la première fois qu’on s’voit et tu refuses mon aide. D’accord. T’as d’la chance que j’sois dans un bon jour et que Lev soit là sinon…

Sinon elle aurait déjà une lame sous la gorge. Sinon elle serait déjà en train de hurler, non pas pour que Lyra la laisse tranquille, mais de peur. Sinon elle pisserait déjà le sang. Sinon Lyra aurait fait la seule chose qu’elle sache faire. Sinon elle ne serait déjà plus de ce monde.

- ...Sinon j’t’aurais déjà arraché des larmes. Crois-moi. Et là, t’aurais eu une bonne raison de chialer.

C’était dit. Elle n’avait rien fait qui méritait qu’on la haïsse sitôt le premier regard. Elle n’avait rien fait pour une fois. Elle avait voulu accéder à la requête de Lyra, impatiente à l’idée de voir cette muse dont il lui avait tant parlé, s’imaginant mille portraits d’elle. Elle l’avait cru différente. Elle s’était trompée. Au fond, elle était comme les autres.

- J’avais une grande estime de toi. Mais t’as tout gâché. Et tu peux t’en prendre qu’à toi-même. Et c’est pas en s’réfugiant derrière ces merdes que ta vie sera plus simple à vivre ! cracha-t-elle, pointant du doigt le pont abritant les cadavres de bouteilles et observant ses prunelles dilatées sous l’effet de la drogue. Si t’arrives pas à comprendre ça, alors j’peux rien pour toi, chérie. Alors oui, p’têt que tu devrais finir c’que t’es venue faire ici avant qu’on arrive. Ça au moins c’est à ta portée… Mais encore faut-il que t’ais les couilles d’aller au bout. Mais c'est pas ton genre. Toi t'es plutôt du genre à couiner pour un rien, à abandonner dès qu'ça devient trop dur ! La preuve avec ton état !

Ses mots étaient forts. Autant la tuer de suite si c’est pour la convaincre de se suicider. Peut-être s’emportait-elle. Elle était énervée. Elle ne se contrôlait plus. Une louve bouillonnait en elle. Féroce. Forte. Protectrice. Elle souhaitait juste que son frère soit en sécurité. Avec cette folle dans les parages, il ne l’était pas. Sans doute ne comprendrait-il pas ; Lui accordait le pardon à tous. Il était bien trop naïf pour ce monde qui exigeait d’imposer ses propres règles. L’univers entier était régi par une dure loi imposant que seuls les plus forts survivent. Les plus faibles doivent périr. Ainsi va le monde. Lev appartenait à la deuxième catégorie. Bientôt, lui aussi saurait se défendre.

Elle se tourna vers lui, dépitée. Peu importait ce qu’il pense, il avait toujours joué un rôle important pour elle, le frère aîné. Malheureusement, il n’avait plus à la protéger désormais. Ses seules terreurs étaient ses démons intérieurs, ses cauchemars, ses choix. Il ne pourrait rien contre ça. Même après être venue le voir à la suite de ce mauvais songe, rien ne changerait une fois de retour chez eux. Chacun reprendrait sa place. Lui l’apprenti et elle la renégate. Et cela, il n’y pouvait rien.

- J’suis désolée Lev. On aurait pas dû venir. Pas pour voir... ça.

Elle avait hésité sur son dernier mot. Agata n’était plus que l’ombre d’elle-même. Elle ne ressemblait en rien à ce que lui avait dit Lev lorsqu’ils partageaient de beaux moments en Russie, allongés l’un près de l’autre sur la même couchette, occupés à se changer les idées d’une vie d’horreur auquel Lyra ne pouvait se résigner. Agata avait été l’un des soleils de Lyra. Désormais, il s’était éteint.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Lun 20 Mai 2013 - 18:49
    Comment décrire ce lamentable tableau ? Habituellement, les retrouvailles sont ce qu'il y a de meilleur dans la vie des personnes qui ont perdus contact. Normalement, tout le monde sourit, tout le monde est heureux à l'idée de revoir l'autre, tout le monde parle des moments les plus marquants de leur vie et on peut voir des bisous et des câlins. Mais là c'était différent. Sur ce tableau, on peut représenter deux morts et une vivante, du moins une morte-vivante vu son état. Deux morts dont un démon et une rénégate avec une femme en dépression, sous l'effet de la drogue et de l'alcool vivant dans des bâtiments mal entretenu à cause du manque d'argent : argent donné pour la drogue et l'alcool bien sûr. Lev voulait changer ça, ce n'était pas un beau tableau, ce n'était pas de belles retrouvailles, il ne supportait pas de la voir dans cet état.

    Cette jolie fille blonde avait tant changé. Avant elle avait toujours un sourire aux lèvres, elle été populaire et avait la joie de vivre. Lev jalousait même Agata pour sa popularité. Elle était du genre à attirer l'oeil, elle savait s'y prendre et en était fière. Là tout avait changé. Maintenant elle n'était plus qu'un mort-vivant cherchant à grignoter quelque chose, elle ne prenait plus soin d'elle et criait. C'est comme si elle n'avait plus personne pour la soutenir, tout le monde avait tourné les yeux d'elle, plus personne ne criait son prénom pour lui parler à propos du dernier ragot du coin, plus personne ne se préoccupait de savoir si elle était toujours vivante ou non, pourquoi tant de changements ?

    - Ouais, c’est moi. Un problème ? J’corresponds p’têt pas à l’idée que tu t’faisais d’moi… Remarque toi non plus, si ça peut t’réconforter.

    Lev ne dit rien et fit juste les gros yeux à Lyra, il observait la femme l'air de dire "Calme, tu vois pas son état ?". Agata aussi resta silencieuse et se mit à pleurer en serrant Lev davantage, le démon ne savait pas quoi faire ou quoi dire pour l'aider, après tout il ne savait rien des soucis de la jeune fille et ne pouvait pas le lui demander alors qu'elle pleurait. Lyra était dur avec elle, pourquoi ? La jalousie ? Le démon ne comprenait pas, se posant des questions qu'il poserait sans doute plus tard à sa soeur.

    - T’empestes la boisson ! Tu sais pas qu’il faut s’laver avec de l’eau et non pas avec d’la vodka, idiote !
    - La ferme !
    - Calmez-vous, on est pas venu pour se battre !
    - Bah dis le à la brune là !
    - Agata !

    Il lui cria dessus pour qu'elle se taise, chose qu'elle fit et elle pleura à nouveau. Cette situation énervait de plus en plus le garçon, pourquoi il fallait que ça se passe comme ça ? Il soupira, il fallait faire quelque chose. Lyra prit l'initiative d'aider Agata.

    - Allez viens, on va s’occuper de toi,
    Une princesse de ton rang ne devrait pas être dans un tel état ! Mais regarde toi, nom d’un chien ! Tu fais peur à voir ! Aussi effrayante qu’un fantôme hantant l’un d’ces châteaux d’Ecosse !

    Lyra prit la main de la jeune blonde déprimé qui montra bien qu'elle ne voulait pas de son aide. Lev soupira à nouveau, ce qu'Agata pouvait être bête. En vérité il se retenait de la gifler, pourquoi s'enfoncer dans l'alcool et la drogue alors que tout va déjà mal ? Ca sert juste à aggraver les problèmes et provoquer des accidents, rien de bon. Lyra sortit un long monologue que la blonde écouta bien. Le démon aussi l'écoutait, plus Lyra parlait et moins cela lui plaisait. Sa colère monta de plus en plus, elle pouvait pas se taire ? La tension montait, Agata pleurait encore et toujours, elle pouvait pas arrêter un peu ? Lyra était dur, pourtant elle disait vrai. Tout ce qu'elle disait était vrai, Agata avait abandonné et ce depuis longtemps.

    - J’suis désolée Lev. On aurait pas dû venir. Pas pour voir... ça.

    C'était de trop. Agata cria, Lev lâcha la blonde et s'approcha de Lyra. Il fit une chose qu'il ne pensait pas faire : il la gifla. C'était la première fois, c'était venu tout seul, il avait perdu son sang-froid. Il s'en voulu ensuite, mais il ne le montra pas, il devait être aussi dur qu'elle l'avait été. Même si elle disait vrai, il y a toujours des vérités qu'il faut cacher. Parfois la vérité fait mal, c'était le cas pour Agata.

    - "Ca" comme tu dis c'est Agata, c'est une fille qui a besoin d'aide, elle est aussi malheureuse que toi dans ton vivant peut-être pas pour les même raisons, mais elle souffre !
    - J'veux mourir !
    - Fais pas n'importe quoi toi aussi !

    Le démon se retourna, Agata était au bord du pont prête à se jeter en bas pour perdre la vie. Il parlait de manière agressive, il en avait marre. Il est était désespéré, il ne savait plus quoi faire. Il s'approcha lentement de la blonde en lui tendant sa main, il espérait qu'elle ne fasse pas n'importe quoi.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Mar 21 Mai 2013 - 18:15
Et la gifle vint cueillir la joue de Lyra. La demoiselle porta une main à sa peau, trop surprise pour répondre quoi que ce soit. Les insultes se pressaient dans le train dans son cerveau, une longue file se formait déjà. Connard. Enfoiré. Salaud.
Elle n’en dit pas un seul. L’argot aurait pu lui servir, cette langue qu’elle maîtrisait tant. Crétin. Andouille. Ordure.
Pourtant, aucun de ces mots ne se livra un chemin jusqu’à ses lèvres. Ce pauvre gueux avait réagi sous le coup de la colère.

- Fais comme tu veux. Si t’es pas capable de voir la vérité, ou mieux, l'affronter, si tu préfères te voiler la face alors d’accord. Faudra pas venir crier que j’n’ai pas essayé de t’ouvrir les yeux.

Répondre à cette violence avec des paroles. Voilà que c’était nouveau. Elle l’avait bien vu, son sermon avait davantage blessé son frère que n’importe quel coup porté au corps. Elle aurait pu s’abaisser à un tel niveau. En tant que renégate, cela aurait été la norme. Rien d’étonnant. Mais elle ne le fit pas. Pour son frère. C’était la première fois qu’il l’avait giflée, sa joue était encore cuisante, rouge. La demoiselle vrilla son regard dans les iris de la prunelle. Il suffisait d’être soûle pour qu’un gentil môme un peu trop naïf prenne votre défense. Pitoyable. Jouer les donzelles éplorées était aussi à sa portée. Toutefois, elle valait mieux que ça. Etrange raisonnement venant d’une personne manipulant son frère sans l’ombre d’un remord, n’est-ce pas ?

L’intérêt du tout doit surmonter l’intérêt individuel. Lyra se servait de Lev pour ses propres intérêts. Lyra ouvrait les yeux à Lev. Lyra le regrettait. La philosophie n’est pas la culture de la demoiselle. Alors merde à Kant ! L’intérêt individuel passe avant l’intérêt collectif. Elle avait essayé de se racheter en montrant la vérité nue à Lev. Mais celui-ci préférait rester aveugle. Si la vue est la faculté des yeux, ce n’est pas par hasard. Si l’ombre est préférable à la lumière alors elle ne s’en offusquera pas.

- Ce n’est pas Agata. Ce n’est plus Agata. Elle a changé. Elle n’a plus rien à voir avec l’ancienne. Et ça, tu peux rien y faire. (Lyra prit une profonde inspiration.)J’comprends que ça t’fasse mal de la voir ainsi. À ta place, j’aurais réagi de la même manière. Mais si vraiment tu veux l’aider, comprends-la. Et laisse-la partir si c’est vraiment c’qu’elle veut.

Laisse-la sauter, autrement dit. Mais formulé d’une manière bien plus élégante. Si vraiment la blonde ne se sentait plus à sa place dans ce monde et n’attendait plus rien de la vie alors qu’attendait-elle. La pousser démangeait Lyra. Derrière ses belles paroles se cachait l’envie d’en finir au plus vite avec cette peste. Elle n’avait jamais pensé pouvoir la détester. Mais la princesse s’était perdue dans son conte. La princesse n’avait pas su retrouver son prince. La princesse n’avait pas su fuir sur un beau cheval blanc. Désormais, elle en payait le prix. Elle avait préféré se laisser peu à peu mourir, sombrement lentement dans l’alcool et la drogue. C’était son choix. Alors quitte à se laisser pourrir, autant mettre un terme à ses souffrances. Ce n’était rien d’autre qu’un animal blessé qui attendait qu’une âme charitable daigne s’occuper d’elle.

- J’ai rien à voir avec elle, siffla Lyra. Tu peux pas nous comparer. Elle, elle avait tout pour être heureuse. Mais elle a tout fait foirer. Y a aucune excuse à son comportement. Une sale p’tite gamine capricieuse, voilà tout.

Lyra prit la tête de Lev entre ses mains, laissant Agata faire ce que bon lui semblait. Un pion. Une reine. Une tour. Voilà quelles pièces étaient en place sur cet échiquier à l’avenir incertain. Et plus haut encore ? Les joueurs. Deus et Isanagi ? Deux êtres s’affrontant dans le but de gagner la partie. Et si cette reine était volée, ce serait toujours ça de pris. Mais si sa mort l’éconduit à l’académie alors nul doute sur le véritable nom du gagnant. Même en sommeil, ce dernier semble veiller.

- Une môme qui avait perdu son cher jouet Lev et qu’est même pas fichue d’être présentable alors qu’elle le retrouve. Jamais contente.

Lyra se détacha de Lev à cette dernière phrase. Fuite ? Un deuxième coup n’allait pas manquer de l’assommer si elle continuait sur cette voix. Elle s’approcha du pont, passant par dessus le rempart de sécurité. Voilà qu’elles étaient deux funambules en hauteur. Un seul pas, et ce serait la glissade. Une main tenant la balustrade, l’autre tendue vers Agata.

- Fais pas d’connerie, l’amie.

Dégoût. Haine. Voilà les principaux composants de cette phrase. Un ton sec. Rêche. Cette main tendue était symbolique mais les paroles, d’autant plus le ton, venait briser l’harmonie, l’espoir qu’aurait pu apporter ce lot de bonnes actions. Elle ne servait plus uniquement son intérêt personnel mais aussi celui de Lev. Si seulement ses exigences avaient été différentes d’une requête silencieuse que celle-ci : qu’Agata reste en vie. Elle, Lyra Vilkas, renégate œuvrant pour la guilde noire apportait son aide à une humaine. Elle aurait mieux fait de la pousser du haut de son perchoir, la morveuse. Mais si elle faisait ça, elle perdait Lev. Si elle tentait quoi que ce soit à l’encontre d’Agata, elle perdait son frère. Le perdre pour mieux le retrouver ? Connerie. Inutile de prendre un tel risque.

Elle aurait pu lui crier mille injures. Elle pourrait. Approcher ses lèvres vers son oreille pour lui murmurer des mots doux ignobles. De belles phrases n’ayant pour seul but que de la forcer à se suicider. Elle pourrait. C’était à sa portée. Mais elle s’y refusait. Désormais, la balle est dans la camp d’Agata. Alors demoiselle ?
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Sam 1 Juin 2013 - 23:33
    - Fais comme tu veux. Si t’es pas capable de voir la vérité, ou mieux, l'affronter, si tu préfères te voiler la face alors d’accord. Faudra pas venir crier que j’n’ai pas essayé de t’ouvrir les yeux.

    Répondre à la violence avec des paroles : ce n'était pas son genre. Normalement, elle vous aurait couper la main immédiatement, mais là c'était différent. Là c'était Lev, son frère, sa moitié, son tout. Il faut avouer que ça marchait : le démon en eut un pincement au coeur. Ca marchait même plutôt bien, sauf qu'il ne le montra pas. Trop de fierté ? Possible. En tout cas il ne savait plus quoi faire. Quoi qu'il ne savait jamais. C'était la première fois qu'il était confronté à ce genre de situation, c'était la première fois qu'il devait remettre Lyra à sa place afin de défendre Agata. Agata. Portait-elle encore ce prénom ? Elle état tombée bien bas et ça le démon le savait, pourtant il voulait encore l'aider. Pour lui il y avait encore un atome d'espoir, une poussière de volonté d'aller dans le passé pour voir ce qui avait causé tout ça. Retourner dans le passé : le rêve de tellement de personne. À ce moment-là le démon en avait bien envie. Non pas pour changer quelque chose, juste pour observer. Voir ce qui est arrivé sans lui.

    - Ce n’est pas Agata. Ce n’est plus Agata. Elle a changé. Elle n’a plus rien à voir avec l’ancienne. Et ça, tu peux rien y faire. J’comprends que ça t’fasse mal de la voir ainsi. À ta place, j’aurais réagi de la même manière. Mais si vraiment tu veux l’aider, comprends-la. Et laisse-la partir si c’est vraiment c’qu’elle veut.

    Elle avait raison. Entièrement raison. Ce n'était plus elle. Elle avait tout perdu, tout ce qui rendait cette femme exceptionnelle. Sauf qu'elle insinuait de la laisser mourir. C'était ça sa solution pour tout régler ? Laisser cette fille mourir ? Certes elle était tombée bas à cause de l'alcool et de la drogue, mais ce n'était pas une raison pour la laisser tomber ainsi. Elle méritait mieux qu'une vie misérable. Cette fille avait toujours eut ce qu'il n'avait pas eut : l'amour d'une mère, tous les jouets et autres babioles, des amis et d'autres choses si insignifiantes pour elle mais important pour lui. Des choses si petites mais qui ont leurs petits effets. À l'heure actuelle elle avait tout perdu et lui il avait tout : les rôles étaient inversés. À l'heure actuel il avait tout et elle n'avait plus rien.

    - J’ai rien à voir avec elle. Tu peux pas nous comparer. Elle, elle avait tout pour être heureuse. Mais elle a tout fait foirer. Y a aucune excuse à son comportement. Une sale p’tite gamine capricieuse, voilà tout.
    - Tu ne sais pas ce qui est arrivé pour qu'elle soit dans cet état.

    Et lui non plus : il aimerait tant savoir ! La brune prit la tête du démon entre ses mains, chose qui l'étonna. Il pensait qu'elle ne voudrait plus de lui. Peut-être qu'elle attend la fin de cette aventure pour le laisser tomber ?

    - Une môme qui avait perdu son cher jouet Lev et qu’est même pas fichue d’être présentable alors qu’elle le retrouve. Jamais contente.

    Elle se détacha du démon et s'approcha à nouveau du pont et tendit à nouveau sa main à Agata. La blonde l'observa étonnée de ce geste. Pourquoi l'aider après ce qu'elle venait de dire ? Lyra lui lança une phrase que le démon n'écoutait pas. Il observa cette scène, une scène bien dramatique.

    Un vent froid souffla, laissant les protagonistes dans l'angoisse. Lev était là sans vraiment l'être. Il fixait Agata. Son regard lui demandait de ne pas faire n'importe quoi. À quoi bon mourir quand la personne qu'on aime plus que tout est près de soi ? Surtout que le suicide est plutôt un geste égoïste : on ne pense pas à la douleur que vont ressentir les personnes derrières nous. Certains pensent que personne ne va pleurer derrière eux, mais comment peuvent-ils le savoir ? En tentant l'expérience : chose que beaucoup de personnes regrettent ensuite. Et Lyra était là, tendant la main à une fille qu'elle avait admiré et qu'elle n'aimait pas. La blonde ne savait pas quoi faire, elle hésitait. Sauter ou non ? Mourir ou survivre ? À ce moment-là, la drogue avait sans aucun doute prit possession d'elle, car elle sourit.

    - Je ne pensais pas qu'elle serait aussi franche Lev. Tu as bien d'la chance.

    Elle sourit puis disparu. Le démon n'avait rien vu venir : il ne s'y attendait pas. Elle avait osé. Elle avait sauté. Lev se précipita pour voir en bas mais il ne vit rien, juste du noir : c'était la nuit. Le démon frappa un bon coup sur la pierre. Pourquoi ? Pourquoi tant de haine ? Pourquoi fallait-il qu'elle le fasse ? Le démon frappa à plusieurs reprises, il fallait qu'il tienne le coup. Ne pas pleurer. Pas une seule larme ne sortit de ses yeux et il se remit debout, baissant la tête. Il soupira et avança, faisant un simple signe à Lyra pour qu'elle le suive.

    Le chemin se fit en silence et les voilà partit voir un membre de la famille.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Dim 2 Juin 2013 - 19:13
Elle aurait déjà dû la pousser dans le vide, cette garce. Mais non, la voilà qui lui tendait la main, espérant secrètement qu’elle la refuse. De l’espoir, il y en avait énormément. Cette demoiselle n’était pas dans son état normal. Ce qui était étonnant est qu’elle soit encore en vie à cette heure. Plus pour longtemps.
Alors la demoiselle offrit une dernière offrande à son précieux jouet. Une dernière phrase. Ses derniers mots. Et puis plus rien. Son corps chuta. Lyra ne quitta pas des yeux ce corps plongeant au fond des abîmes. En bas, rien hormis l’obscurité la plus totale. Impossible de survivre à une telle chute. Bon débarras. La renégate eut un léger sourire. Finalement, elle n’avait pas eu besoin de forcer les choses. Il lui avait suffi d’ouvrir la bouche, de trouver les mots justes et voilà l’autre qui se suicidait. Et ce fut tout. Echec et mat, Agata.

La brune retourna aux côtés de Lev, enjambant à nouveau la balustrade. Il y avait eu assez d’un mort pour aujourd’hui.
Le duo se mit en route, Lyra marchant dans les pas de son frère. Aucun d’eux n’avait décoché le moindre mot depuis la mort d’Agata. Le pauvre devait être encore sous le choc. Avec un peu de chance – ou de malchance, elle reviendrait en tant que déesse. Tss. Si tel est le cas, Lyra se ferait un plaisir d’assumer son rôle de renégate. Elle avait été faible une fois, c’était suffisant. Une porte de sortie en trop pour cette blonde. Elle n’avait pas su la saisir. Qu’à cela ne tienne. Mieux valait pour elle qu’elle ne ressuscite jamais car elle risquait fort de le regretter si les deux Russes venaient à se recroiser à nouveau.

- Ça existe toujours ?

Elle avait été la première à briser ce silence pesant qui lui martelait la tête. Venait un temps pour le deuil et ce temps n’était pas au programme du jour. La tristesse et la vengeance ne faisaient pas bon ménage dans l’esprit du garçon. Ce dernier risquait de revenir sur sa décision. Et adieu cadavre du paternel ! Elle aurait tout aussi pu s’occuper personnellement de cette faire mais cela n’aurait pas été aussi drôle. Y a-t-il pire chose au monde qu’un fils tuant son père ? Sans doute, oui. Mais pour le moment, ce spectacle la contenterait. Du pain, des jeux, du sang. Voilà tout ce qu’aimait la guilde noire. Lyra ne faisait pas exception à la règle.

La demoiselle ignorait s’ils rendaient au domicile familial du garçon ou à la secte, d’où le « ça ». Elle espérait que cet endroit maudit ait été rayé du globe. En deux ans, il avait pu s’en passer des choses. Tout ce beau monde était peut-être sain et sauf. Pour eux, ce n’était peut-être plus qu’un cauchemar avec lequel ils allaient devoir cohabiter jusqu’à la fin de leurs jours. Mais au moins serait-ce derrière eux. Ils n’oublieraient jamais, certes. Mais tâcheraient d’avancer.

- T’es toujours sûr de vouloir aller au bout, Lev ? Tu sais qu’une fois qu’on sera devant lui, on pourra plus reculer.

Elle préférait s’assurer que son soldat ne la lâcherait pas après la perte de la droguée. Si elle devait lui laisser du temps et attendre qu’il soit à nouveau prêt, alors ils rebrousseraient chemin. Inutile de dire que cela l’ennuierait. Mais elle ne raterait une telle mise à mort pour rien au monde. Voilà longtemps qu’elle attendait un tel jour, elle n’était plus à une semaine près. Alors si le décès d’Agata devait l’affecter dans l’immédiat, peu important. Elle prendrait son mal en patience, irait errer dans les couloirs de la guilde le temps nécessaire.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Jeu 13 Juin 2013 - 20:38

    La route était assez longue. Quoi que les deux dieux ne marchaient pas aussi vite qu'avant. C'est comme si le temps avait ralenti, que tout ce qu'il ne désirait pas prenait forme et que Deus avait fait exprès de ralentir le temps pour qu'il souffre longtemps, comme si ce passé d'enfant rejeté ne lui avait pas suffit, comme si la mort de Lyra n'était pas si grave que ça pour Deus, celui-ci ralentissait le temps pour creuser encore et encore dans le coeur du démon. Sauf que celui-ci ne pourra pas continuer longtemps ainsi, il avait besoin de se défouler sur quelque chose, sur quelqu'un, faire quelque chose qui pourrait occuper son esprit au moins pour cette nuit. Le démon préférait rester silencieux, il n'était pas dans son état normal et serait capable de crier sur Lyra sans raison -chose qu'il regretterait par la suite. Pour Lev, la mort d'Agata était différente de la mort de Lyra et ce pour une chose : il avait vu Agata mourir, il pouvait l'empêcher de faire n'importe quoi mais il n'avait pas pu alors que pour Lyra il n'y pouvait rien : il ne savait même pas qu'elle était morte. Il vivait la mort d'un proche pour la seconde fois mais d'une autre façon : cette fois il était là. Il s'en voulait, s'insultant de tous les noms dans sa tête. Incapable ! Pauvre con ! T'es qu'une malédiction sinon pourquoi serait-elle morte alors que tu étais près d'elle ? Imbécile ! Sale mollusque, toi qui veut tant protéger ceux que t'aime, pourquoi quand tu en as l'occasion tu ne le fais pas ? Mais qu'est-ce que t'as dans le cerveau bon sang ! Tu es un bon à rien, maudit et le restera toute ta misérable vie de Dieu. Lyra brisa le long silence. Elle lui demandait si la secte existait toujours. Espérait-elle le contraire ? Penser que non serait une grossière erreur.

    - Je penses oui, après tout il aime tellement cet endroit.

    Froid et distant. Il ne lui reprochait plus rien. Il avait juste besoin de recule, d'espace, d'air. Le moment du deuil devait arriver, mais pas maintenant. Pour l'instant il avait un objectif en tête : se venger. Que tu es naïf Lev ! Quel idiot tu es, croire une renégate. Le démon se posa tellement de questions sur cet homme qui l'avait élevé et qui l'avait tué : avait-il changé ? comment allait-il ? avait-il pleurer suite à son massacre ? regrette-t-il d'avoir tuer son enfant, son sang, sa chair ? Trop de questions sans réponses. Lev avait envie de pleurer, de craquer. Mais il ne pouvait pas faire ça, pas maintenant. Il garda sa haine et ses larmes pour lui et continua d'avancer lentement, mais surement. Être encore sûr de le faire ? Bien sûr qu'il était déterminé ! Se venger, se libérer, se sentir mieux à la fin : n'est-ce pas le bon scénario ?

    - Ne t'inquiètes pas pour moi, je sais ce que j'ai à faire.

    Le démon lui fit signe d'approcher et posa son bras sur ses épaules pour sentir la jeune fille près de lui. Un signe de courage ? En tout cas cela le forçait parce qu'il se disait qu'il faisait ça pour qu'ils aient un futur plus heureux, sans cauchemars à propos de la mort de l'autre, sans souffrance : tout allait être effacé et réécrit à nouveau et ça avec leurs plumes grâce à de l'encre de sang.

    À cette heure-ci il devait être en train de travailler à la maison, c'est ce que pensa le démon. Il marcha donc en direction de sa maison, du moins de son ancienne maison. Celle-ci était dans un quartier plus paisible, simple et non bruyante. Il arriva enfin et observa ce grand bâtiment qui n'avait pas changer. Toujours aussi grande avec des roses fanées devant la maison, les murs gris avec une couleur délavée et un toit noir. Le portail grinçait, le vent soufflait, la boule dans le ventre de Lev persistait. De la lumière était visible, une petite lumière jaune montrant de l'activité dans la maison. Lev pointa cet endroit du doigt.

    - Ça c'est son bureau, c'est là qu'il gère le côté administration de la secte et autres papiers personnelles. Il ne ferme jamais à clef, même quand il sort dehors, on devait pouvoir entrer facilement.

    Le démon lâcha sa soeur, poussa le vieux portail noir et ouvrit délicatement la porte. Elle ne grinça pas et il arriva à l'entrée de la grande bâtisse. Le démon fit signe à la jeune fille de le suivre et il referma derrière eux. Il avança, à leur droite il y avait le salon : salon classique avec des murs rouges foncés, des canapés noirs, une télévision grise et une table basse transparente. Lev avança encore et passa devant cette grande cuisine blanche et toujours propre. Il jetait un oeil à chaque pièce, il voulait voir si quelque chose avait changé, s'il avait effacé l’existence de quelques souvenirs du garçon. Rien n'avait changé. Tout était comme s'il n'était pas mort et qu'il venait juste rendre visite à son père : un vieux souvenir du passé.

    Il observa Lyra une dernière fois et montra où était le bureau. Le démon caressa la poignet de la porte et souffla un bon coup pour enfin l'ouvrir et passer à une nouvelle salle des enfers.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Dim 16 Juin 2013 - 17:37
Voilà que Lev se conduisait enfin comme un homme. Il faut croire que tous ces évènements lui avaient permis de grandir ou du moins de mûrir. De vieillir aussi. Passer de l’autre côté du miroir l’avait transformé. Il était fin prêt. Mais peut-on réellement être prêt à tuer ? Lev ne savait pas ce qui l’attendait. Alors oui, il se donnait le beau rôle pour le moment, poussé par un élan soudain de fierté et de puissance. Mais tout cela retomberait bientôt. Lorsque viendrait le moment de vraiment passer à l’acte, tout cela aura disparu. Et alors il n’y aura plus que lui et son père. Et Lyra, se tenant prête à intervenir au cas où tout déraperait. Ce qui n’allait pas manquer, c’était certain. Elle avait peine à croire que ce môme en était réellement capable. Après tout, il n’y a qu’un moyen de le savoir. Essayer.

C’était la première fois qu’elle voyait la maison de Lev. À vrai dire, l’occasion de sortir pour découvrir le vrai monde ne lui avait jamais été octroyé. Du moins pas du temps où elle était encore à la secte. Et même ce droit-là, il avait fallu qu’elle l’obtienne par la force pour ensuite fuir. C’est pas ça, la vie.

À la manière de deux voleurs, les voilà pénétrant la bâtisse délabrée. Une absence totale de couleurs émanant de cet endroit, la vie semblait l’avoir quitté depuis longtemps. On aurait cru l’une de ces baraques hantées issues des contes pour enfant. À la différence que le fantôme qu’ils allaient voir serait en chair et en os.
Ils allaient dans la demeure, Lyra suivant Lev sans un mot. Elle observait en silence l’endroit dans lequel le garçon avait grandi. Pas très accueillant. Le duo passait d’un extrême à l’autre. Au cuir sombre des canapés succédait la cuisine blanchâtre, récurée, où aucune tâche ne venait salir ces dalles. Le mur précédait le gris des meubles. C’était une étrange maison que celle-ci.

Pour peu, on aurait pu croire à une visite de courtoisie. Mais s’il est faux que la mort sonne toujours trois fois, Lev, lui, s’était démuni de ces règles de politesse, pas même un simple coup à la porte pour prévenir de son arrivée. Ah ces enfants.
Lorsque la porte s’ouvrit, Lyra s’était presque attendue à voir des instruments de torture décimés aux quatre coins de la pièce. Mais c’était un bureau tout à fait normal. Papiers étalés sur le lieu de travail, un ordinateur ronflait non loin, une bibliothèque était parcourue de livres, certains en mauvais état, d’autres bien plus classiques. Un vieux débris siégeait sur une chaise. Un vieux débris à l’apparence humaine, tournant la tête en la direction des visiteurs.

- Tiens, tiens, un fantôme. Bonjour mon fils. C’est gentil à toi de venir me rendre une petite visite nocturne. (Il lève la tête un peu plus haut, un rictus défigurant son visage.) Et je vois que tu n’es pas seul. Tu es venu te repentir de ta trahison et m’amène cette chienne en gage de ton pardon ? C’était inutile, tu sais.

Pas très étonné le père de voir un mort parmi les vivants. Au fond, cet homme avait créé une secte dédié à un dieu satanique dont l’existence avait toujours été remise en cause, pas étonnant que pour lui, revoir le fantôme de son fils ne l’inquiète pas plus que ça. Si seulement il connaissait la suite des festivités, sûr qu’il prêterait l’oreille et quitterait ce faux sourire désabusé.
Lyra serra les poings. Si elle s’écoutait, elle aurait déjà bondi sur ce vieillard chronique pour lui dire sa façon de penser. Un beau cadeau de la part de la chienne, non ? Mais voilà, c’était à Lev de le faire. Sa vengeance n’en serait que plus belle encore. Elle devait se comporter comme une simple spectatrice et n’intervenir que si cela devenait nécessaire. Elle doutait de pouvoir tenir parole. Rien que de voir cet enfoiré se lever lui donnait des fourmis dans les mains.

L’homme se dirigea vers Lev, lui empoignant le menton entre les mains. Deux ans s’étaient  écoulés depuis la dernière fois qu’elle avait vu cet homme exécrable. La haine qu’elle lui vouait était toujours présente au fond d’elle.

- Tu pues la peur, mon garçon. Est-ce moi qui t’effraies tant que ça ?
- Lâchez-le ! grogna Lyra.

Elle s’était interdit d’intervenir mais pas de parler. Elle avait été silencieuse pendant trop longtemps. Finit le temps où elle était une petite fille qui obéissait bien sagement sous les ordres de ce vieux croûton. Elle avait grandi depuis. Même si le temps des cerises était loin, le temps des remords n’était pas encore venu. Pour le moment, tout ce qui importait était la mort de cet ignoble personnage.

L’homme leva un œil en la direction de Lyra. Il paraissait l’avoir presque oubliée, celle-là. Elle n’était pas un mets de choix en comparaison de son fils qui était revenu d’entre les morts. Les démons étaient capables de bien des exploits. Au moins pour cela le garçon ne faisait-il pas honte à sa race. Dommage qu’il soit si peureux. Il aurait pu devenir un grand homme. Un homme dans la même lignée que son père.

- Tu peux aboyer aussi fort que tu veux, je n’ai pas d’ordre à recevoir de toi.

Elle espérait que les paroles de Lev n’étaient pas de simples mots qu’il avait déjà oubli. Tout à l’heure, il paraissait sûr de lui. Voilà que son père essayait de maîtriser ce jeu nouveau à peine entré dans la danse. Il ne fallait pas qu’il se laisse déstabiliser. La demoiselle saisit son poignard sans bruit, en un geste feutré. Qu’il s’amuse seulement à retoucher son frère et ce salaud de paternel aurait affaire à elle.

- Après tout, les chiens de cour peuvent être pris de la rage comme les autres chiens, n’est-ce pas mon fils ?

C’est bien fort, c’est bien fort. Lyra devait se contenir. Oui, Lev avait contracté la rage au contact de Lyra. Oui, il allait le démontrer dès maintenant à son père. Oui, cette histoire serait bien vite derrière eux. La Russe n’avait fait qu’aboyer depuis tout à l’heure mais elle savait tout aussi bien mordre. Lev de même. Il allait lui montrer. Le vieux semblait ne pas être si crétin que ça. Il les avait percés à jour en très peu de temps. Mais cela, le duo ne semblait pas s’en être aperçu.

La demoiselle détailla ce débris, ne se gênant pas pour croiser son regard. Si autrefois croiser le regard d’un homme dans la secte résultait à une sévère punition, cette règle ne s’appliquait plus ici. Le temps semblait n’avoir aucune emprise sur lui. Cet homme était toujours le même qu’il y a deux ans. Toujours aussi sûr de lui, aussi arrogant, aussi détestable. Ces mêmes manières de claquer la langue dès que la situation lui plaisait. Toujours les mêmes tics. Ses cheveux étaient toujours aussi longs, une mèche blanche avait élu domicile dans ce nid. Une cicatrice lui saignait le visage. Souvenir, souvenir.

- Jolie balafre, commenta-t-elle comme si c’était la première fois qu’elle la découvrait.
- Tu as la même au bras si je ne m’abuse, répondit sèchement l’homme. À qui la faute, d’ailleurs ?

À qui la faute qu’elle n’ait eu que ce seul souvenir pour sa témérité passée fallait-il comprendre et non pas à qui la faute de cette cicatrice. Lyra le savait, elle aurait dû mourir pour un tel crime. Au fond, c’est ce qu’elle avait espéré. Mais non, il avait fallu que Lev entende parler de cette histoire et qu’elle se débrouille pour n’hériter que cette seule cicatrice. Même sa renaissance au temple ne le lui avait pas enlevé, elle était toujours là, figée dans son avant-bras droit à la manière d’un souvenir éternel.

- Je crois qu’il est l’heure.

L’heure de régler ses comptes. Lyra avait attrapé la main de Lev pour lui donner du courage. La première joute risquait d’être la plus difficile à gagner. Lev connaissait son père mieux que quiconque et savait qu’en plus de son amour pour le sang et la violence, celui-ci vouait un culte aux lettres, aux mots plus particulièrement. Il l’avait déjà tant démontré par sa manière de s’exprimer, riche de symboles et de métaphores. Inutile de dire que nous étions à mille lieues du parlé habituel de Lyra. Ce jour est unique dans l’Histoire, nul doute qu’avant de le mettre à mort, Lev allait demander des explications à son paternel. Des explications sur quoi ? Ils avaient une vipère en face d’eux. Tout ne serait mensonges ou presque. Sa vie entière était un mensonge.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Mer 19 Juin 2013 - 15:07

    - Tiens, tiens, un fantôme. Bonjour mon fils. C’est gentil à toi de venir me rendre une petite visite nocturne. Et je vois que tu n’es pas seul. Tu es venu te repentir de ta trahison et m’amène cette chienne en gage de ton pardon ? C’était inutile, tu sais.

    Il n'avait pas changé d'un poil, si ce n'était que des cheveux blancs avaient fait leur apparitions. En tout cas mentalement il était le même : sadique, avec des idées malsaines, une vraie pourriture en soi. Le démon ne s'énerva pas pour si peu, à quoi bon tomber dans son piège ? Il le cherchait, il le provoquait, à quelle réaction s'attendait-il venant de son fils ? Que celui-ci lui saute dessus ? Qu'il le griffe et essaye de le tuer ? Il n'était pas étonné de voir son fils revenir du monde des morts. Quel père indigne ! Tuer son propre fils et ensuite ne pas l'accueillir dans sa propre maison. Cet homme avait toujours prié, sacrifié, aimé Satan. Pourquoi aimer le mal ? Lev lui avait déjà demandé, cet homme voyait juste que le bien était mal et vis versa. Quelle vision du monde étrange il pouvait avoir, aimer blesser son prochain, le torturer, le faire pleurer, l'écouter avec amour crier, lui voler ce qu'il avait de plus cher, voilà les bonnes actions de cet homme -du moins bonnes pour lui. Autant en rester éloigné pour éviter de souffrir psychologiquement ou physiquement. Cet homme avait sa réserve d'arme dans cette même pièce, cachée prés de la bibliothèque, Lev savait qu'il devait faire attention.

    - Ce n'est pas mon genre d'être aimable.

    Il s'approcha. Lentement, il s'approcha et empoigna le menton de son fils, du spectre, du fantôme. Que ça soit de loin ou de prés, il n'avait pas changé. Il avait beaucoup plus de rides cependant, deux ans c'étaient quand même écoulé.

    - Tu pues la peur, mon garçon. Est-ce moi qui t’effraies tant que ça ?
    - Lâchez-le !

    Lev avait envie de lui cracher à la figure. De l'insulter de tous les noms, de lui arracher sa tête ou de taper celle-ci contre un mur. Il s'énervait, plus cet homme parlait et plus sa rage montait. Le démon n'allait pas se retenir, il ne comptait pas se demander s'il faisait mal ou non, il allait juste s'encourager à tuer. N'était-il pas venu pour ça de toute façon ? Tuer, massacrer, voir le sang couler, entendre le père crier, quelle jouissance personnelle ça doit être. Se libérer de tout, effacer le passé pour écrire un futur meilleur, vivre avec une conscience tranquille, Lev n'était-il pas venu pour réaliser tout cela ? Bien sûr que si, alors autant ne pas laisser les choses traîner. C'était comme un jeu : le premier qui réussit à détruire l'autre gagne. Lev avait décidé de jouer contre son père, Lev avait décidé de gagner et ce peu importe les moyens.

    - Après tout, les chiens de cour peuvent être pris de la rage comme les autres chiens, n’est-ce pas mon fils ?

    Quelle insulte ! Le démon était sûr que l'homme tirait cette réplique d'un bouquin. La rage du démon grimpait encore et encore, quand vas-tu exploser Lev ? Pourquoi te retenir encore ? Explose, comme une bombe, détruit tout ! Tout sur ton passage, fais couler le sang, toi qui aime tant le rouge. Le père discuta encore avec Lyra, Lev écouta, il se préparait à vider son sac.

    - Je crois qu’il est l’heure.

    Lyra prit la main de Lev pour l'encourager, le garçon savait que son père était armé, mais s'en fichait royalement, lui n'hésita pas à lui mettre son poing au visage ridé de celui-ci qui recula seulement, non il n'était pas étonné de ce geste venant de son fils. Il le connaissait mieux que quiconque après tout, c'est son père, son héritier, son sang. Un rictus orna le visage du vieux, comme s'il était heureux que tout cela arrive, comme s'il savait que ça allait arrivé, pas étonnant venant d'un monstre priant Satan.

    - Tu me dégoûtes, dire que nous avons le même sang dans les veines, c'est pathétique !

    Lui demander des explications avant de tuer. Ose Lev, pose enfin ces questions que tu avais en tête en étant jeune, pose et n'hésite pas, pose et assume jusqu'au bout, ne regrette rien et regarde juste le présent : pitoyable, pathétique, ennuyeux. Il avait enfin l'occasion de tout changer, il n'allait surement pas s'en privé !

    - Pourquoi cette secte ?

    Enfin, il avait osé, commençons, petit à petit. Maintenant il ne pouvait plus faire marche arrière.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Jeu 20 Juin 2013 - 20:31
Et le poing s’abattit sur le faciès du vieillard. Enfin vieillard, pas tant que ça. Il avait encore des réflexes, le bougre. À mort ! À mort ! On aurait pu entendre les badauds hurler. Mais nulle foule n’était là pou encourager le jeune brun. Il n’y avait que Lyra. Et sa verve ne valait pas un sou en face de celle de l’ancien. Mais qu’importe le langage, que celui-ci soit emprunt de poésie, de métaphores incompréhensibles, de cette prose à laquelle la Russe ne comprenait pas un mot. Rien ne valait son phrasé cru, cet accent aux arômes perdus.

Voilà que Lev évoquait le sujet qui fâche. La secte. La renégate tendit l’oreille, poussée par un curieux mélange de curiosité et de crainte. Après tout, elle-aussi s’était toujours demandée pourquoi un tel enfer existait. L’enfer c’est les autres ? Connerie. Pour elle, l’enfer, c’est la secte. Ou plutôt c’était. Oui, oui, tout cela appartenait au passé. Même si les cauchemars la poursuivaient, même si les souvenirs étaient encrés en elle, même si elle ne pourrait jamais oublier cette vie de misère, c’était toujours là, quelque part en elle. Alors même s’il est trop tard, même si savoir ne changerait rien, il le fallait. Juste pour elle. Elle craignait la réponse, certes. Mais si une fois dans sa vie elle devait se montrer forte, c’était bien aujourd’hui. D’autres viendront peut-être par plus tard mais inutile de se projeter dans l’avenir de suite.

- Venant de toi, cette question est assez curieuse… Je croyais que tu avais compris depuis le temps. Au fond, tu causes, tu causes, c’est tout ce que tu sais faire.

Alors là non ! Voilà qu’une petite poule verte souffle une phrase ! Ce n’est pas le théâtre ici, nul besoin de souffleur. Encore moins lorsque le souffleur en question est un perroquet bientôt plumé ! Ah l’emplumé ! Ici, ce n’est pas un roman. Alors pourquoi s’insinuer par derrière – oh ! – dans les dialogues – ah - ? Voilà qu’elle gâche tout – la poule – alors du vent ! Vient un temps où il faut battre des ailes et prendre son envol pour partir loin et ne jamais revenir !

- N’as-tu jamais réfléchi à quel culte étaient dévoués ces femmes, ces hommes et ces enfants ? N’as-tu jamais fait le lien entre ta propre nature et les prières adressaient à cette divinité satanique ? (Il empoigna sa canne, traînant non loin, frappant avec le sol.) Je l’ai fait pour nous. Pas seulement pour toi. Pour tous ceux qui sont comme nous. Pour tous ceux qui ont eu la chance de ne pas connaître cette même humanité qui réside en la chienne qui t’accompagne.

Non mais vient un temps où il faut se calmer avec les insultes. C’est que ça va finir par devenir vexant, à force. La pauvre Lyra risque d’être blessée à s’entendre traiter de chienne à droite et à gauche, à tort et à travers.
Enfin, pour le moment, cela n’avait pas l’air de gêner grandement, occupée à contrôler un fou rire proche d’exploser. Ah mais comme il était ridicule ce bouffon à parler ainsi, à agir ainsi ! Vraiment, il se croit sur une scène, faisant son spectacle, projecteurs braqués sur sa petite personne, applaudissements retentissant.

Et le bruit d’une lame sortit Lyra de ses rêveries. Trop tard. Voilà déjà son poignard par terre, une épée effilée pointée sous sa gorge. Non, vraiment, ce n’est pas de chance. Trop surprise pour réagir, voilà que l’homme empoigna la Russe et l’attira vers lui, l’immobilisant de façon à ce qu’elle ne puisse pas se débattre. Non, vraiment, ce n’est pas de chance.

- S’il m’est impossible d’emporter avec moi le fantôme de mon fils alors c’est une vivante que j’entraînerai à ma suite.

Très optimiste. Voilà qu’il se savait déjà mort. Ce n’est pas Lyra qui allait lui donner tort. Toutefois, elle aurait préféré qu’il choisisse une autre victime. Malheureusement, elle était seule à avoir accompagné Lev. Non, vraiment, ce n’est pas de chance. Mais depuis quand la brune se souciait-elle de savoir si son étoile veillait sur elle ? En avait-elle seulement une ?
Un rictus germa sur le visage de la demoiselle. Qu’il était naïf, cet ancien. Qu’il était niais. Toute son éducation était à refaire.

- Crétin. Qui te dis que j’suis pas déjà crevée, moi aussi ?

Le silence était une bonne compagne pour Lyra, la suivant à la manière d’une ombre. Voilà que tout le charme est rompu à peine ouvre-t-elle la bouche. Son mutisme en reposait plus d’un, à commencer par cette littéraire qui manque de contracter chacune de ses phrases à cause d’une sale petite Russe n’ayant aucune éducation. Pauvres lettres volées.

- Un spectre ne saignerait pas.

Sur ces mots, l’homme attrapa avec violence l’avant-bras gauche de la demoiselle et laissa son épée y tracer un beau sillon rougeâtre. Aussi profond que le précédent. La demoiselle retint un cri de douleur.
L'homme laissa libre court à ses désirs, trempant un doigt dans le liquide rougeâtre, le portant à sa bouche. Vraiment, c'était à se demander lequel était vraiment chien.

- Vrai que l’droit commençait à être jaloux depuis l’temps. L’est content d’enfin voir sa jumelle, fit-elle en pensant à la cicatrice naissante.

Toujours le mot pour rire, celle-là. Ah ! À défaut d’être douée en éloquence, de connaître la littérature sans appeler Corneille, Choucas ; au moins avait-elle cette touche d’humour qui faisait toute la différence. Vraiment, cela aurait pu être pire. Elle aurait pu ne pas avoir ce mot pour rire.

L’homme croisa le regard de son fils. Voilà que la joute allait enfin pouvoir commencer. Celui-ci ne se rendrait pas sans combattre même si l’issue semblait le déterminer perdant. La jeunesse contre la vieillesse. Le père contre le fils. Ah que drôle de duel cela sera ! Dommage que la principale spectatrice souffle en son for intérieur suite à cette blessure. Mais après tout, une épée dissimulée dans le fond d’une canne, c’était bien le genre du personnage. Toujours aussi sournois. Toujours incapable de respecter les règles. Toujours incapable de vivre sans tricher. Il ne lâcherait pas la victoire de suite.

- Tu m’as déçu par le passé, mon fils. Mais voilà l’occasion de te rattraper. L’occasion de recevoir mon pardon. (La lame fut à nouveau pointée sous la gorge de Lyra, y déposant un point rouge.) La voilà, la cause de ta mort ! Frappe ! Frappe !

Toujours aussi cinglé, celui-là. Mais pensait-il réellement que Lev allait dévier son courroux en la direction de Lyra ? Pauvre fou. Si la situation n’était pas aussi critique, elle aurait sans doute ri à nouveau. Mais elle n’aimait pas la façon dont les choses se présentaient. Rien ne se passait comme prévu. Au fond, peut-être avaient-ils sous-estimé leur adversaire. Se jeter dans la gueule du loup sans réfléchir n’était peut-être pas la meilleure idée qu’ils aient eu, après réflexion. Qu’elle ait eu. Mais la précipitation, voilà le principal défaut de Lyra. Pour ne citer que celui-ci.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Lun 24 Juin 2013 - 19:08

    Lev espérait des réponses, il voulait être éclaircit, qu'on lui explique tout. Il avait beau être son fils, il n'était pas dans sa tête pour savoir comment son père pensait, il ne lui ressemblait pas, pas du tout et franchement l'envie de lui ressembler n'était pas dans l'esprit du garçon. Son père ne lui avait jamais montré ce mauvais côté de lui avant de lui présenter la secte. Il ne pensait pas que tout cela prendrait une importance aussi énorme, il ne pensait pas que Lyra souffrait autant sans parler du fait que son père soit fou ou un sadomaso sans limite, tout ça grossissait à cause du temps et il fallait stopper cette croissance. Lev était venu pour ça, Lyra l'encourageait pour ça. Il ne pouvait plus faire marche arrière et il était déterminé : son instinct de démon commençait à se réveiller petit à petit, attention Lev si tu ne veux pas péter des plombs, ça serait mauvais pour Lyra si tu vas trop loin. L'homme ne répondit pas au garçon, celui-ci était déçu, pourquoi ne pas tout lui dire directement ? Pourquoi tourner autour du pot ou rester silencieux après tout ce qui se passe ? Faisait-il cela uniquement pour énerver son fils ? Possible, après tout un monstre ne peut engendrer qu'un démon qu'il voudra utiliser comme son pantin. Lev avait décidé de ne pas être ce pantin, il avait décidé de prendre sa destinée en main et pour ça il fallait qu'il ait des réponses et qu'il tue son père, pour son bien, pour le sien, pour le leurs.

    - N’as-tu jamais réfléchi à quel culte étaient dévoués ces femmes, ces hommes et ces enfants ? N’as-tu jamais fait le lien entre ta propre nature et les prières adressaient à cette divinité satanique ? Je l’ai fait pour nous. Pas seulement pour toi. Pour tous ceux qui sont comme nous. Pour tous ceux qui ont eu la chance de ne pas connaître cette même humanité qui réside en la chienne qui t’accompagne.

    Il ne comprenait pas vraiment. C'est comme si son père lui avouait que ces personnes priaient pour le démon. De plus il parlait de la vraie nature de Lev, il savait donc que son fils était un démon, est-ce lui qui l'avait rendu donc ainsi ? Avait-il changé volontairement la race de son fils ? Si c'était le cas Lev serait surprit, comment change-t-on la nature de quelqu'un ? Juste en priant Deus ? Il soupira, il passait son temps à insulter Lyra aussi, chose qui avait le don d'énerver Lev. À quoi bon l'insulter ? Après tout elle était partit de la secte, elle voulait juste voir la mort du vieux. Le bruit d'une lame fit interrompu Lev dans ses questions. Il n'avait même pas remarqué qu'il avait attrapé celle-ci en la menaçant avec une lame sous la gorge. Sur le coup il trouva cela inutile, après tout elle était déjà morte. De plus il pensait que Lyra était encore vivante, foutaise ! Elle était morte avant Lev, mais il ne fit aucun commentaire. C'est la jeune femme qui lui fit une remarque et elle eut le droit à une nouvelle cicatrice sans parler du fait qu'il goûta le sang de Lyra, il goûtait au sang d'une morte.

    - Vrai que l’droit commençait à être jaloux depuis l’temps. L’est content d’enfin voir sa jumelle.

    Quel humoriste cette fille. Sur le coup Lev s'en fichait, il pouvait même la tuer ça ne ferait rien puisqu'elle était déjà morte. Ce qui était plus embêtant c'est qu'elle souffrait à cause de ça donc autant retirer Lyra des mains de cet homme abominable.

    - Tu m’as déçu par le passé, mon fils. Mais voilà l’occasion de te rattraper. L’occasion de recevoir mon pardon. La voilà, la cause de ta mort ! Frappe ! Frappe !

    Cette histoire énervait vraiment Lev qui décida de se transformer, de passer aux choses sérieuses, tout ça traînait trop. Il avait des oreilles pointues, des crocs, des griffes avec une force décuplée et la pigmentation de ses iris changeait. Plus de pitié, il faut passer aux choses sérieuses maintenant. Il s'approcha, le père encourageait le fils pour qu'il tape Lyra sauf qu'il griffa le bras de l'homme au niveau des veines pour laisser le sang couler lentement. Suite à ça il lécha son sang, oh oui du sang ! Maintenant il faut tout détruire, tuer tout le monde, laisse toi guider Lev.

    - Aussi dégoûtant que nos retrouvailles.

    Lev attrapa Lyra par le bras et la poussa plus loin. Le démon se tailla le bras avec ses griffes et l'approcha du visage de son père.

    - T'appelles ça mort toi ?! Regardes où j'en suis maintenant et tout ça à cause de toi, je suis suppose que maintenant il doit être heureux du résultat. Je ne suis pas humain, quoi que je penses ne jamais l'avoir été, oui comme tu le vois je suis un monstre, je suis un démon et tu sais ce que je vais faire ? Je vais tout détruire maintenant ! cria le démon.

    Le garçon n'eut aucune hésitation pour lui remettre son poing dans la figure ridée de son père et prit la lame que celui-ci avait précédemment. Maintenant il fallait que tout change, il devait se venger et savait que son père n'allait pas se laisser faire et qu'il devait avoir une autre lame sur lui. Sans un regard pour Lyra, il laissa sa haine pour son père l'envahir pour pouvoir le tuer sans aucune hésitation, pas de pitié pour le bourreau.
Invité
avatar
Invité
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] - Mer 26 Juin 2013 - 19:07
Lev ne ressemblait plus à Lev. Plus bestial, plus animal, plus monstrueux. Il n’avait plus rien d’humain. Il possédait désormais des griffes, des crocs et des oreilles fines et allongées. Lyra ne reconnaissait plus son frère. Etait-ce ça, son domaine divinatoire, avoir la capacité de se transformer en monstre ? Peut-être ce terme est-il exagéré mais à le voir ainsi, difficile de trouver un autre terme approprié. Un léger coup de patte et voilà le bras du vieux blessé. Vengeance ! Ce geste rappelait étonnamment à Lyra un chaton fouettant l’air. Mais elle n’était pas en présence d’un chaton mais d’un lion à cet instant précis. Et ce n’était pas du lait que venait de laper l’animal mais du sang. Famille de cinglés.
 
Lyra fut attrapée par Lev et mise à l’écart. Pas drôle, elle aussi souhaitait assister au spectacle. Elle se redressa et observa la scène. Cela ne sentait pas très bon pour le vieillard. Pas bon du tout. Lyra s’en délectait d’avance. Bientôt, tout ceci ne serait plus qu’un souvenir.
 
- Je me suis trompé sur toi. Tu étais un Brutus et je ne l’ai pas vu. Tu as joué le faible pour mieux m’assassiner. (Il se penche et attrape le poignard de Lyra tombé au sol.) Alors soit. Tue tous les Césars de ce monde si cela te sied. Que Lyra soit notre Lucrèce !
 
Pas de chance, Lyra était déjà morte, difficile pour elle de se donner un statut de Lucrèce en se suicidant. Inutile de dire à quel point les paroles de ce pauvre fou n’avait aucun sens pour la Russe. Des mots, rien que des mots. Des noms qu’elle ne connaissait pas, qu’elle ne comprenait pas. Non, vraiment, ils ne venaient pas du même monde, ces deux-là.
 
Les gestes du vieillard étaient lents, il était encore sonné par le coup de poing donné par son fils. C’est qu’il avait de la poigne, le môme ! Son nez faisait office d’une jolie fontaine d’où s’échappait une eau vermillon. S’il n’y avait que le nez de cassé, encore. Bientôt, ce corps mouvant ne serait plus qu’un souvenir.
 
- Tu es une machine, mon fils. Une machine à un meurtre.
 
Son rire résonna dans le bureau. Flippant. Beaucoup de gens étaient pris d’un fou rire lorsque l’heure de leur mort sonne ? Ces humains alors… Pas un pour rattraper l’autre. L’exécution de ce crétin ne serait pas une grande perte. Même s’il se savait condamné, hors de question de faciliter la tâche à Lev.
Le poignard fendit l’air, cherchant à toucher le démon. Cela faisait longtemps que l’homme ne s’était pas servi d’une telle arme. Quelle honte de voir sa propre canne-épée retournée sur soi ! Par son propre fils, qui plus est. Son bras droit blessé ne l’avantageait pas dans cette lutte déjà inégale. Un homme contre un dieu. Même si la blessure était peu profonde, cela le lançait, le piquait, le faisait souffrir.
 
Avec l’énergie du désespoir, il se jeta sur son fils, lame brandie en avant. Le métal vint s’enfoncer dans l’épaule du jeune homme. Même s’il devait mourir cette nuit, son enfant aurait lui aussi une cicatrice en guise d’héritage. Dommage qu’il ne puisse plus emmener avec lui dans la tombe la renégate, faire souffrir son fils une dernière fois en le privant d’un être cher lui aurait bien plu. Mais il était trop tard.
 
- Devenir un meurtrier. Pouvais-tu me faire un plus beau cadeau, Lev ? Le vice sera ton second habit désormais. Le meurtre, le sang, la mort. Que de précieux compagnons ! Apprivoise-les car ils feront partie de toi désormais.
 
Il parlait trop, celui-là. Pas assez d’action pour la demoiselle. Toujours dans la parole, toujours dans le langage, toujours en train de baragouiner des phrases incompréhensibles. À mort ! À mort ! Lev paraissait impossible à arrêter désormais. Il ne se calmerait que lorsque sa vengeance serait achevée. Sa vengeance ou celle de Lyra ? Peu importe, c’était du pareil au même.
 
- Achève-le, Lev !
 
Cela avait assez duré. Tout avait une fin, même ces retrouvailles émouvantes. Le sang allait couler cette nuit. Le sang d’un malade mental, un pur cinglé. Personne ne le regretterait. Même lui savait sa mort inéluctable. Il ne faisait que retarder l’échéance.

Le poignard fut arraché de la chair de Lev. Lui-aussi goûta au sang du fils. À croire que c’était de famille. Un rituel sacré, une tradition vieille de plusieurs millénaires ? Une chose est sûre, cela dégoûtait Lyra. Mais Lev n’était pas comme son père. Lev ne deviendrait jamais ainsi. Ils n’avaient rien en commun tous les deux. Si ce n’est, bientôt, le meurtre. À qui la faute ?
Contenu sponsorisé
Re: Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé] -
Voyage au bout de la Nuit [Partie 2] [Terminé]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Deus Academia :: L'Académie de Deus :: Port des deux dimensions-
Sauter vers:

Attention :
Ce RP contient des passages violents ou/et particulièrement gores. Il est déconseillé à la lecture aux moins de 18 ans.
Continuer à lireQuitter cette page